Mise en œuvre de la révision constitutionnelle de juillet 2008 …Et nous?

27 septembre 2009 § Poster un commentaire

Pour "faire pendant" à la venue du président de la République devant le Congrès (votée lors de la révision constitutionnelle de juillet 2008), parmi les nombreuses innovations examinées ET votées, le référendum d’initiative populaire ( KESKELDI ? ) était présenté comme une innovation majeure, une preuve de l’esprit démocratique du gouvernement et de sa majorité.
Un référendum permettant aux électeurs de se prononcer sur un projet de loi, dans des conditions tout de même restrictive, quoi de plus démocratique, en effet?

HELAS!
Le projet de loi organique qui doit préciser le fonctionnement des pouvoirs publics, qui doit permettre de mettre en œuvre une procédure de consultation populaire n’est "toujours pas dans les tuyaux", selon Henri de Raincourt, le ministre chargé des relations avec le Parlement.

Ors, sans loi organique pas de référendum d’initiative populaire!

Un détail que le président de l’Assemblée nationale, Bernard Accoyer, semble avoir oublié, lors des journées parlementaires de l’UMP, vendredi 25 septembre, quand il affirmait "que toutes les lois d’application des dispositions issues de la révision constitutionnelle de juillet 2008 aient été mises en œuvre ou soient en passe de l’être."

NOUS aurait-on oubliés?

Malgré le rappel de  L.Fabius, le 17/06/2009, qui demandait "au gouvernement de sortir ces textes d’application pour qu’on puisse faire des référendums d’initiative populaire et que la première application se fasse sur la privatisation de La Poste" .
Et le dépôt, le 1er septembre 2009,  par  Jean-Marc Ayrault, président du groupe socialiste de l’Assemblée nationale, d’une proposition de résolution demandant au gouvernement de présenter "dans les meilleurs délais" le projet de loi organique mettant en œuvre la réforme de la Constitution sur l’extension du référendum. Jean marc Ayrault devrait défendre ce texte au Palais-Bourbon le 15 octobre.

Ainsi donc, cette promesse de campagne du candidat Nicolas Sarkozy semble avoir été oubliée dans un quelconque carton , perdu sous les combles de l’Elyse…
Ainsi donc, le texte issu de la révision:

  1. Qui encadre pourtant très strictement les possibilités de mise en oeuvre du référendum,
  2. Qui a veillé à ce que la décision de lancer un tel référendum revienne, in fine, au Président de la République.
  3. Qui exige que pour que la proposition de référendum  délimité, puisse aboutir, il faut que la demande en ait été faite par un cinquième des membres du Parlement, soit 184 élus et qu’elle soit soutenue par un dixième des électeurs inscrits ( 4,5 millions de signatures).
  4. Qui empêche que  l’initiative d’un référendum ait pour objet l’abrogation d’une disposition législative promulguée depuis moins d’un an.

Ce texte déjà très restrictif, est encore bien trop gênant pour le gouvernement QUI VISIBLEMENT NE SOUHAITE PAS que cette forme de consultation "populaire"  vienne contredire ses plans!

En dépit de toutes ces précautions et restrictions sur le référendum d’initiative populaire, le gouvernement a-t-il jugé plus stratégique de retarder la mise en œuvre des référendums d’initiative populaire? Pourquoi?

Doit -on en penser,  comme le dit très judicieusement Patrick Roger dans un article du journal Le Monde,  qu’ "Il n’est pas interdit de penser que le chef de l’Etat et le gouvernement ont préféré éviter de donner à l’opposition, sur ce dossier sensible, l’opportunité d’user d’un droit qui, formellement, avait pourtant été inscrit dans la Constitution."

Ces atermoiements à redonner la parole ( et le pouvoir ?) au citoyen sont d’autant plus inopportun, que de nombreux préfets déposent actuellement des référés  pour “empêcher” la tenue de "votations citoyennes" sur le sujet de la transformation en société civile et du changement de statut de La Poste
"L’ensemble des composantes de la gauche a lancé une initiative conjointe de "référendum populaire", qui devrait culminer le 3 octobre, pour alerter et mobiliser contre le projet du gouvernement. Cette campagne de pétitions ne pourra cependant avoir de valeur juridique, selon Le Point

 

Sources: Le Monde ; Le PointGoogle ; Le Post ; Vie Publique : Net Iris

Publicités

Comment diffamer quelqu’un quand on n’utilise pas son patronyme?

25 septembre 2009 § 2 Commentaires

C’est la question qui me “torture “depuis que j’ai eu connaissance des noms portés sur les listings falsifiés qui servent de preuve dans l’affaire Clearstream.
Et c’est X.Bertrand qui a attiré mon attention sur ce point qui pourrait être "de détail" mais qui finalement pose un problème de fond.

Pour essayer de minimiser l’ un des "manquements constitutionnels les plus grave de N.Sarkozy" Xavier Bertrand a tenu à préciser "Est-ce qu’un seul nom a été cité par le président? Alors, où est le problème? Il n’y a pas de problème."

Pas de problèmes?

Mais alors, que X.Bertrand NOUS explique comment il se fait que le NOM de N.Sarkozy n’apparait JAMAIS dans les fichiers falsifiés de Clearstream et que N.Sarkozy a pu quand même se porter partie civile en janvier 2006?

Les faits:
Dans les listing trafiqués transmis au juge Renaud Van Ruymbeke, apparaissent des patronymes PARFAITEMENT orthographiés, de personnes très connues ou un peu moins. D.Strauss-Kahn, L.Fabius, J.P.Chevènement, A.Madelin , Delmas, MM Pasqua père et fils, TOUS ces patronymes sont reconnaissables…sauf deux : Stéphane Bocsa et Paul de Nagy…
Une rapide recherche sur le net permet de trouver un Paul de Nagy . Ce qui démontrerait qu’une seule personne n’est pas “l’unique diffamé possible” !

Par contre au grand jamais, le nom de Nicolas Sarkozy n’apparait tel quel…Ce nom est celui sous lequel le candidat de la république c’est présenté aux élections… Il est utilisé sur ces affiches et sur les bulletins de vote .

xbertrand_tract         

L’homme politique que nous connaissons TOUS se nomme N.Sarkozy . Son nom patronymique complet est Nicolas Paul Stéphane Sarközy de Nagy-Bocsa, né le 28 janvier 1955 à Paris (17e arrondissement).
Donc au pire, sur les listings du mois de juillet 2004,devrait apparaitre soit le nom "courant" de "Nicolas Sarkozy" ,  soit sont patronyme complet,à l’instar des autres noms figurants sur les listings falsifiés, non?

Surtout si l’on veut lui porter préjudice politiquement, quel serait l’intérêt de le salir sous des noms que PERSONNE ne connait?

Partant de là,  je me demande comment, alors que son nom, tel qu’il est inscrit sur ses affiches de campagne, sur les bulletins de vote, N. Sarkozy a PU être autorisé à se porter partie civile?
Regardez bien la liste qui ressort des listings et dites moi OU est le nom de N.Sarkozy ou son patronyme entier "Nicolas Paul Stéphane Sarközy de Nagy-Bocsa". NULLE PART.
Ou est la diffamation?
C’est la question qui s’impose alors…Nicolas Sarkozy est connu, inscrit sur les listes électorales, faisant campagne OFFICIELLE sous ce SEUL nom.
Stéphane Bocsa et Paul de Nagy, PERSONNE ne les connait. PERSONNE ne PEUT faire le lien avec N.Sarkozy AVANT qu’il ne prétende LUI-MEME qu’il s’agit de lui!
Comment, partant de là, en n’employant pas son patronyme REEL, celui communément utilisé….pourrait-on avoir voulu le diffamer?

Sources:

La Tribune

Le Post

Le Monde

Mots clés Technorati : ,,

Au son du fifre et du tambour!

24 septembre 2009 § Poster un commentaire

Atteints en plein cœur par les attaques répétées, y compris au sein de l’U.M.P.,  ( , , itou),contre N.Sarkozy qui avait déclaré "Au bout de deux ans d’enquête, deux juges indépendants ont estimé que les coupables devaient être traduits devant un tribunal correctionnel.", les courageux "Fifre et tambour* de l’armée Sarkozienne" se sont jetés dans la bataille…médiatique.

X.Bertrand à tenu à préciser que: "Est-ce qu’un seul nom a été cité par le président ? Alors, où est le problème ? Il n’y a pas de problème."

Ne confondrait-il pas diffamation (porter de fausses accusations contre une personne physique ou morale.) et présomption d’innocence?

“Focalisé “par D.de Villepin, X.Bertrand oublie peut être que les propos de NS portent également atteinte à la présomption d’innocence des 2 autres prévenus de cette affaire!

Aurait-il oublié que le respect de la présomption d’innocence "OBLIGE" quiconque à ne pas "utiliser le mot coupable" tant que le jugement n’est pas rendu par un tribunal compétent et que le manquement au principe n’est pas “aboli” par le  le fait de ne nommer personne ?

F.Lefebvre, quand à lui, c’est lancé dans une “raffarinade” digne de la “grande époque” : "Cette polémique est curieuse parce que, dans un procès, il y a des victimes et il y a des coupables. C’est la justice qui déterminera (mais) les coupables sont toujours parmi les prévenus", même si "les prévenus ne sont pas toujours coupables".

A-t-il oublié que les coupables ne sont pas toujours parmi les prévenus?

Devons nous lui rappeler la douloureuse affaire d’Outreau qui, in fine, a révélé qu’il n’y avait AUCUN coupable parmi les prévenus?

Une telle fougue aura-t-elle réussi à masquer une information importante et troublante,  surgie en fin de journée du 22/09/2009,lors du procès Clearstream, grâce à Me Metzner, avocat de Dominique de Villepin, interrogeant Imad Lahoud?

""Puisque c’est bientôt l’heure du dîner, parlons-en…avez-vous dîné deux fois avec Gilles Rappinet directeur de cabinet de Raffarin?"
Réponse: "Je connaissais Gilles Rappinet avant qu’il ait cette fonction, c’est un ami inspecteur des finances comme ma femme. D’ailleurs, je le vois jeudi soir!"

Maître Metzner: "avez-vous dîné 14 fois avec François Pérol? [ancien secrétaire général adjoint de l’Elysée, ndlr]"
"Je pense même 15 fois, sourit Lahoud. François est un très bon ami. Je regrette aujourd’hui que nos liens soient coupés. Je ne le vois plus, à sa demande. J’espère que nous reprendrons contact à la fin de cette affaire." Quant à Arnaud Tessier, c’est "un ami très proche" également. De même qu’Emmanuelle Mignon [ex-conseiller auprès de Nicolas Sarkozy, ndlr], qui "était à l’Ena" avec l’épouse de Lahoud.

Me Metzner, s’étonne des liens entre le prévenu et des proches de Nicolas Sarkozy, et assure que "la connaissance par Monsieur Sarkozy de ces listings est beaucoup plus ancienne qu’il ne le prétend". Se demandant "qui manipule qui?" dans l’affaire. "

Il me semble d’ailleurs me souvenir que C.Pasqua, le 25 septembre 2006, alors qu’il était entendu par les juges de l’affaire Clearstream en qualité de partie civile avait déclaré :  “Il m’avait indiqué qu’il savait qu’une machination était montée contre lui (…). A cette époque-là, je n’avais pas entendu parler de Clearstream et lui n’a pas prononcé ce nom. Mais il avait l’air très sûr de lui quant à la fiabilité de l’information qu’il avait eue selon laquelle il faisait l’objet d’une machination. »

Finalement, N.Sarkozy peut être content de sa "bourde médiatique".

Ca aura au moins permis de passer sous silence le fait que I.Lahoud à rencontré F.Pérol ( factures de “restau” à l’appui), le 28 février et le 18 mars 2004 et au moins une quinzaine de fois jusqu’en 2005 (période ou les noms de N.S., et d’autres, ont été introduits dans les listings) et qu’il est TRES proche de très bons et fidèles amis de N.Sarkozy. 

Tout ceci n’est peut être pas lié…mais il y a des coïncidences troublantes , non?

*  “Ils participaient au face à face des armées du roi, de la république ou de l’empereur. Ces courageux musiciens étaient aussi présents pour sonner la victoire, égayer les bivouacs ou donner du courage aux blessés et malades sur le chemin du retour.”

Sources:

lesventsmarine

Challenge

Le Point

Le Figaro

Le Monde

Le Parisien

Nicolas Sarkozy, le lapsus de trop!

23 septembre 2009 § 1 commentaire

Lors d’un entretien sur TF1 et France 2, à New York, Nicolas Sarkozy, interrogé sur l’affaire Clearstream (alors que Dominique de Villepin l’accuse d’être juge et partie compte tenu de l’autorité que le ministère de la Justice exerce sur le parquet, et de son immunité pénale), a souligné qu’il avait déposé plainte alors qu’il n’était pas encore chef de l’Etat.
"J’ai certainement beaucoup de défauts mais je ne suis pas un homme qui ment. Je ne suis pas un homme qui renonce et je ne suis pas un homme qui plaisante avec les principes d’honneur et de probité", a-t-il ajouté.
Prié de dire s’il retirerait sa plainte, Nicolas Sarkozy a répondu : "Quand bien même je le retirerais, le procès aurait lieu. Que la justice fasse son travail sereinement, elle est en train de le faire et je lui fais toute confiance".
Et il a ajouté : "Au bout de deux ans d’enquête, deux juges indépendants ont estimé que les coupables devaient être traduits devant un tribunal correctionnel".
Un lapsus qui n’a pas échappé à Me Olivier Metzner, l’avocat de Dominique de Villepin, à qui les propos de N.Sarkozy ont été aussitôt transmis. M° Metzner à interrompu l’audience pour répondre.

“C’est cela le respect de votre tribunal ? de votre parquet ? C’est cela qu’un président de la République donne comme spectacle de la justice à la France ? La présomption d’innocence est un droit fondamental. Et le président de la République la bafoue en direct devant des millions de Français ! On a voulu pendre à un croc de boucher Dominique de Villepin . Maintenant, on le dit déjà coupable ! Est-ce que cette atteinte à la justice est acceptable ?", ”.a-t-il ajouté.
Me Henri Leclerc, autre avocat de Dominique de Villepin, a souligné qu’après ces propos, aucune poursuite ne pouvait être engagée tant que Nicolas Sarkozy était à l’Elysée puisqu’il bénéficiait d’une immunité.

Me Herzog, avocat de N.Sarkozy,  marque le coup, semble ne pas en croire ses oreilles, cherche à tout prix à vérifier les propos entendu au téléphone. Il hésite quelques secondes à réagir et s’abstient.

Rappelons que Dominique de Villepin, mis en cause dans l’affaire Clearstream, bénéficie,  jusqu’au jugement,  de la présomption d’innocence, un principe constitutionnel.
A la sortie de la salle d’audience, Me Metzner a annoncé qu’il va déposer plainte contre Nicolas Sarkozy pour atteinte à la présomption d’innocence.

Nicolas Sarkozy, alors qu’il était ministre de l’Intérieur,  s’était vu reprocher ,lors du procès du nationaliste corse Yvan Colonna ,d’avoir déclaré, le 4 juillet 2003 : "La police française vient d’arrêter Yvan Colonna, l’assassin du préfet Erignac".
Il semble que cette fois-ci, il sera moins pardonné à N.Sarkozy de bafouer un principe constitutionnel.

Reste à savoir comment le Parlement va réagir à cette récidive contre un principe constitutionnel du Président de la République Française.
La matinée de demain risque d’être agitée politiquement et ce lapsus va probablement marquer un tournant dans la carrière politique de N.Sarkozy.

Source:

Le Monde

Clearstream, Frédéric Lefebvre, abus de langage.

22 septembre 2009 § Poster un commentaire

Une nouvelle fois, le porte-parole de l’UMP, Frédéric Lefebvre, aurait mieux fait de se taire.
Selon le magazine Le Point , il aurait répondu , lors de son point de presse hebdomadaire, alors qu’il était interrogé sur le choix du chef de l’État de se constituer partie civile dans le procès Clearstream:"dans cette affaire, il y a des victimes et il y a des prévenus".
"Il ne faut pas (les) confondre", a-t-il ajouté.

Malheureusement pour lui, près Frédéric Lefebvre, par ignorance ou par excès d’affection pour Nicolas Sarkozy, a commis ce qu’on appelle communément un abus de langage. Il a confondu à tort, et un peu vite, plaignant et victime.

La différence est pourtant simple.
Comme l’explique maître Eolas  ,au sujet d’un autre problème de droit:"La plainte émane de celui qui se prétend victime : à ce stade, il n’est que plaignant, il ne deviendra victime qu’une fois l’infraction établie par un jugement, ".

Nicolas Sarkozy, à la date d’aujourd’hui, n’est en aucun cas, dans le procès Clearstream, une victime.

Il se prétend victime, au même titre que les autres partie civiles, mais il faudra attendre le jugement, prononcée par des juges, pour pouvoir dire, comme le fait Frédéric Lefebvre :"dans cette affaire, il y a des victimes et il y a des prévenus".

Car pour le moment, dans cette affaire, il n’y a  QUE des plaignants et il n’y a QUE des prévenus.

Ainsi donc, Frédéric Lefebvre ( à la manière de Nicolas Sarkozy annonçant, après l’arrestation d’Yvan Colonna, que le coupable du meurtre du préfet Erignac avait été arrêté) ne tient absolument pas compte du jugement à venir et désigne, dans le procès Clearstream, qui est la victime.

A l’UMP, la tendance à pouvoir se substituer à la justice, en désignant les coupables et les victimes à sa place, est vraiment troublante.

Sources

Le Point

Maitre Eolas

Mots clés Technorati : ,,,

Ségolène Royal, pourquoi tant de haine?

20 septembre 2009 § Poster un commentaire

Il est des internautes qui prétendent que la semaine qui vient de s’écouler est la semaine Ségolène Royal a tout perdu.

Une fois de plus, on ne peut que constater qu’à part peut-être Pierre Mendès France, aucun autre leader politique que Ségolène Royal n’a soulevé autant de haine ni d’hostilité de la part de ses adversaires et même de ses amis au sein de son propre parti politique.

Ce dénigrement, cette adversité dont elle est la cible, peut, de la part de ses adversaires politiques, être significatif qu’ils ont identifié en Ségolène Royal le challenger qui pourrait les faire perdre.
En effet:

  • Elle est, parmi les personnages politiques du centre de la gauche, une des rares à posséder la qualité indispensable quand on prétend au poste qu’elle vise : sa détermination.
  • Elle est, parmi ces mêmes personnalités politiques, une des rares à être en phase avec son électorat sur un grand nombre de questions.
  • Elle a accumulé, depuis 2006, un capital de sympathie et de crédibilité, grâce aux actions qu’à la mise en oeuvre dans la région qu’elle préside, qui au-delà des grands discours, des grandes phrases, des promesses électorales, sur la preuve « palpable » qu’elle tient ses promesses qu’elle a faites.
  • Elle a recueilli, en tant que candidate de la Gauche, environ 16 800 000 voix lors de l’élection présidentielle de 2007, ce qui ne représente qu’un écart de 2 millions de voix avec le candidat de la droite.

Autant de raisons qui expliquent que Ségolène Royal soit la cible de virulentes critiques et kabbales émanant de la majorité présidentielle.
Autant de raisons qui n’expliquent absolument pas que Ségolène Royal soit la cible des mêmes critiques de la part de ceux qui, théoriquement, son devraient être ses alliés politiques.

On peut raisonnablement se demander pourquoi, pour qui, ceux qui la critiquent au PS et à gauche, qui malgré tout reprennent une à une toutes ces propositions (Primaires – Participation – Ouverture), se livrent à des attaques, à des critiques par médias interposés, tout aussi virulentes que celles de la majorité présidentielle.

  • Est-ce parce qu’ils veulent imposer "l’arlésienne DSK" comme le seul candidat du parti socialiste aux prochaines élections présidentielles?
  • Est-ce parce que, comme le souligne très judicieusement Pierre Bergé dans un entretien donné au journal du dimanche  "Elle vaut mieux que tous ces éléphants socialistes qui ont cyniquement organisé sa mise à l’écart, depuis la présidentielle, en isolant méthodiquement une femme populaire"?
  • Est-ce parce qu’elle bénéficie d’un soutien financier et amical qui la rend indépendante des caciques du PS?
  • Est-ce parce qu’elle est une femme libre et non assujettie au microcosme élitiste politique?
  • Est-ce parce qu’elle dérange tout ce "petit monde"qui tout compte fait se trouve parfaitement bien dans la situation actuelle?
  • Est ce parce que elle veut ouvrir la Gauche au centre, pour que le plus grand nombre de citoyens soient représentés,ce qui, tout de même, est un de but de la Démocratie.
  • Est-ce parce qu’elle entend faire participer les citoyens aux décisions et projets gouvernementaux? Ce qui consiste à leur rendre une infime partie de leurs droits constitutionnels

Autant de questions auxquelles je ne pense pas avoir jamais de réponse. Autant de questions pour lesquels j’ai tout de même quelques pistes de réponses personnelles

Pourquoi Ségolène Royal dérange-t-elle autant? Pourquoi le parti socialiste la rejette-t-il aussi violemment?

  1. Parce qu’elle est porteuse d’ un espoir de changement qui fait peur,
  2. Parce que cet espoir, qu’elle seule porte, est sous-tendue par une idéologie du partage et de la rénovation des mœurs politiques et économiques ( Ca ressemble assez au Socialisme, non?).
  3. Parce que le changement qu’elle veut promouvoir va bien plus loin qu’une simple révolution économique , en élargissant le domaine politique à l’éthique et à la morale. On peut alors comprendre que la morale à la tête de l’État fasse peur à ce qui depuis longtemps ont perdu le sens moral de la politique.
  4. Parce que elle est TOTALEMENT indépendante financièrement et intellectuellement , grâce à Pierre Bergé qui lui apporte un soutien indéfectible!
  5. Parce que c’est une femme LIBRE et LIBEREE réalise des actions avec une grande longueur d’avance sur tous les autres hommes et femmes politiques et que sa mise " en lumière » les fait paraître tout à coup vains et inefficaces.

Pour toutes ces raisons, tous ceux qui ne veulent pas de changement ( politiciens et citoyens se trouvant parfaitement bien dans la situation actuelle) font de la résistance au changement et s’attaquent à celle qui symbolise ce changement, en l’accusant de tout et n’importe quoi, en sautant sur la moindre occasion, parole, image du moment que le sujet est  S.Royal.

Soudain lorsqu’ils s’agit de "taper" sur S.Royal, tout le monde retrouve une énergie, qui entre nous, serait probablement mieux utilisée soit à sortir le pays du pétrin dans lequel ils l’ont mis, soit à rénover leurs partis inadaptés et impuissants….

Soudain reviennent les vieilles critiques de campagne: “le gourou d’une secte, une illuminée marginale, une cruche, un égo surdimensionné, avec un site web foireux”. Notre société aurait elle déjà tellement abdiqué ses "Lumières", ses Valeurs de Liberté, d’Egalité, de Fraternité, qu’elle ne puisse plus supporter , sans les dénigrer que certains de ses membres espèrent que des temps plus humains peuvent encore arriver?

Quels intérêts supérieurs croit-on servir en réduisant à ce point de disqualification une candidate qui a porté l’espoir de millions de français ?

 

Source :

 Le Post

Le JDD

Mots clés Technorati : ,,

Mise au point de Ségolène Royal à propos du nouveau site internet

17 septembre 2009 § Poster un commentaire

Il me semble que vue l’ampleur des fausses info , des moqueries propagées sur le net au sujet du nouveau site de Désir d’Avenir, la simple équité nécessite de faire ce que les médias aux ordres n’ont pas fait, à savoir publier la mise au point de S.Royal à propos du nouveau site internet de son mouvement Désir d’Avenir.
”Chères amies, chers amis,
-De nombreuses réactions me sont parvenues à la suite de la mise en ligne de ma déclaration solennelle d’hier et je vous remercie de votre franchise.
-Je tiens d’abord à vous dire qu’il y a eu plus de 217 000 connexions en provenance du monde entier. Vous verrez, en pièce jointe, la liste des pays d’origine et un graphique récapitulatif des différentes connexions.
-Aujourd’hui encore le nombre de connexions est telle que le site est parfois saturé.
-C’est un succès formidable pour Désirs d’Avenir et cela nous encourage à faire évoluer le site pour qu’il devienne un vrai média, car tel à toujours été notre objectif. En effet le système médiatique est aujourd’hui majoritairement aux mains de la droite et des connivences financières et il est très difficile de faire entendre sa voix ou de rétablir la vérité.
-J’ai bien entendu et bien lu toutes les critiques concernant la nouvelle maquette du site, et je voudrais ici bien évidemment y répondre sans détour. Je prends ces critiques du bon côté, comme une occasion de faire mieux.
-J’ai lancé il y a trois mois sur le site un appel à idées et à personnes ressources pour faire évoluer le site, le faire monter en puissance, et y créer de nouvelles rubriques. Je n’ai reçu que très peu de propositions.
Avec les bonnes volontés qui s’étaient manifestées, nous nous sommes attelé à la tâche, avec plusieurs objectifs:

  • Créer une page d’accueil très simple qui permette d’incruster un écran pouvant diffuser à tout moment de nouvelles interventions et de nouveaux films y compris venant des comités locaux.
  • Créer de nouvelles rubriques :
    Une rubrique « rétablir la vérité », déjà créée, et qui nous permet de contrecarrer les fausses informations diffusées ici ou là.
    Une rubrique de petites annonces solidaires réservée aux adhérents de DA.
    Une rubrique réservée aux comités locaux auxquels j’avais demandé de réfléchir à la réalisation de vidéos sur tous les conflits sociaux qui ont lieu sur leur territoire et de réaliser des interviews de salariés, qui feront l’objet de petit reportages sur le site, avec le projet de faire un journal hebdomadaire, reprenant les meilleurs reportages des comités.
    Une rubrique pour les Jeunes d’Avenir.
    Une rubrique sur les Universités Populaires qui doit également monter en puissance.
  • La création d’un boutique en ligne qui a été imaginée et créée par les comités DA du Rhône.

Il s’agit donc, je le répète, de créer un vrai média, pour lequel j’ai absolument besoin de forces vives pour l’alimenter.
En ce qui concerne la photo de fond qui a surpris, j’assume totalement l’avoir choisie sur une base de donnée gratuite d’internet, parce qu’elle me plaisait, tout simplement, et que je voulais à l’occasion de ma vidéo, qui allait être beaucoup regardée, un nouveau fond d’écran.
Mais bien évidemment, si vous avez de meilleurs idées, nous pouvons imaginer de la changer, y compris pourquoi pas, toutes les semaines, sur proposition des comités locaux. Dès maintenant nous remettons l’entête précédente que j’avais conçue pour le site, à la une de chaque page. La nouvelle photo de fond de la page d’ouverture pourrait être choisie par le comité de Montpellier, lieu de notre fête du 19 septembre.
Je reconnais avoir été sans doute un peu vite pour faire en sorte que le site évolue, mais cette erreur d’appréciation vous a donné l’occasion de réagir et nous a permis de recevoir beaucoup de propositions de participation de bénévoles pour travailler sur le site.
Par ailleurs, en ce qui concerne les insinuations fielleuses diffusées par la presse –un journal allant même jusqu’à dire que nous vendons à Désirs d’Avenir des coups de poing américains– je tiens à dire qu’aucune facture n’a été présentée à Désirs d’Avenir pour la construction de ce nouveau site. Mieux, nous avons réalisé des économies, car ce nouveau site coûtera en fonctionnement 12 fois moins cher que le précédent, et près de 100 fois moins que le tout premier. Nous réalisons également une économie de charges salariales de 62 000 euros par ans, grâce à l’engagement de militants bénévoles.
Merci de continuer à dire ce que vous pensez pour que nous fassions mieux. Je compte sur vous, j’ai besoin, face à toutes les attaques, de votre engagement
.
Amitiés fidèles”
Source Facebook

Où suis-je ?

Vous consultez les archives de septembre, 2009 à Chez Louise.