Copenhague, un magnifique bras d’honneur de la finance mondiale!

19 décembre 2009 § Poster un commentaire

Comme le résume très bien le journal le Monde l’accord ( si on peut parler ainsi du document publié) et "un accord non contraignant qui n’est pas signé par tous les pays, obtenu par des négociations de couloirs.". En effet, sur 193 pays représentés lors de la conférence COP15 de Copenhague, seuls 26 pays, une infime partie, après une réunion et une négociation menées essentiellement par les Etats-Unis, l’Inde, la Chine, le Brésil et l’Afrique du Sud. a pris la décision de publier un texte qui prétend être un traité à valeur international.

Notons tout de même que ce texte n’a été contresigné par aucun des pays en présence….

Quel bilan autre tirer de cette conférence?

Certes, les pays pauvres se sont fait entendre et ont pu montrer leur désaccord en ne votant pas le texte proposé par les deux super puissances que sont les Etats Unis et la Chine…super puissances qui sont également les deux plus gros pollueurs de la planète.

Certes, L’Europe, est devenue inexistante. Peut-être est-ce parce que son système de banque d’échange "pollution contre argent", de taxe carbone,ne la rend pas très crédible. Elle ne trompe certainement que les européens et réjouit ceux qui, en Europe comme ailleurs, ne veulent pas arrêter leur consommation ou ne faire aucun efforts pour ne pas polluer….

Peut-être que c’est parce qu’elle se montre trop timorée…Aurait-elle peur du fantôme qui a hanté pendant ces deux dernières semaines le Bella center.

Seul Hugo Chavez, le 18 décembre 2009, a osé prononcer ce nom: "Le fantôme Ce fantôme est un fantôme effrayant, presque personne ne veut prononcer son nom: le capitalisme est le fantôme, presque personne ne veut en dire le nom. C’est le capitalisme."

Non sans un certain humour désabusé, Hugo Chavez, a dit « Si le climat était une banque, vous l’auriez déjà sauvé ! »

Et il a été entendu! Visiblement le traité "à minima" dont à accouché le sommet de Copenhague n’est qu’un deuxième plan de sauvetage du capitalisme par ses "enfants reconnaissants", les actionnaires, les lobbys anti-écologie, les représentants des pays développés.

Comment ça?

Lisez ce fameux traité et regardez ce qu’il sauve, ce qu’il épargne…ce n’est nullement al planète, mais bel et bien le système de production et de consommation mis en place depuis 30 ans: le capitalisme ultra-libérale et partisan du libre échange.

N’est-ce pas cette forme de capitalisme, dominé par les multinationales et par les actionnaires majoritaires, qui veulent plus de productivité pour faire plus de profit, donner plus de valeur à leurs placements financiers pour avoir plus d’argent, n’est-ce pas cette forme de capitalisme, qui a poussé les entreprise, qui l’enrichissent ou qui dépendent de lui , à se délocaliser pour s’installer en Chine pays, sans contraintes sociales, financières, ou fiscales?

La même Chine qui désormais se doit pour assurer sa pérénité, puisqu’elle est désormais "l’usine du monde", de faire obstacle, tant financièrement qu’économiquement, à un accord climatique!

La même Chine dont nous dépendons tous pour pouvoir assouvir cette passion consumériste qui fait tant plaisirs aux multinationales, aux banquiers et à leurs actionnaires?

La loi du profit maximum est la règle et c’est elle qui a été préservée !

Oui, c’est bel et bien elle qui a été préservé avec cet "accord" de Copenhague que seuls les plus grands pays profiteurs/pollueurs ont annoncé, se réservant le droit de dicter leur loi…enfin celle de leurs commanditaires!

Hugo Chavez a rappelé à tous, en séance plénière la dure réalité statistique de notre monde:

  • 500 millions de personnes les plus riches, soit 7% de la population mondiale sont responsables de 50% des émissions de gaz à effet de serre.

  • 50% des personnes plus pauvres ne représente que 7% des émissions. Et c’est à ces personnes qu’on demande d’accepter de mourir, d’être sacrifiés au présent et à l’avenir?

Une fois de plus, le système financier , "partie émergée" du système ultra libéral et du libre échange,a été sauvé …Les pays industrialisés ne voulaient pas d’un accord contraignant et ils l’ont eu!

Ceux qui prônent l’ultra-libéralisme et le libre-échangisme se fichent complètement de l’avenir de la planète et ils se fichent de notre avis…ils viennent de nous le dire crument, sans prendre de gants, à l’issue de la conférence de Copenhague!

Nicolas Hulot peut désespérer de l’avenir de ses enfants, Nicolas Sarkozy peut désigner un coupable en accusant le processus de décision onusien.…tout ceci n’est que béate innocence ( ou bêtise crasse, ou sordides manœuvres) pour masquer la réalité de cette pseudo négociation de Copenhague:

Sauver le climat, reviendrait à tuer le système économique et financier qui ne profite qu’à ceux qu’il enrichit. Et de cela personne, parmi les élites au pouvoir dans les pays développés ou en voie d’achèvement de leur développement, ne veut….parce que les intérêts des multinationales et de leurs actionnaires sombreraient si on décidait d’un tel changement!

Alors oui, à Copenhague, la finance mondiale a fait un magnifique bras d’honneur aux écologistes sincères, aux partisans de l’équité de traitement entre tous les pays et à ceux qui veulent réellement laisser une planète saine et viable à leurs descendants!

Sources: Le Monde ; Marianne2 ; Rue89 ;

Redécoupage électoral: Longuet et Marleix “déboutés”

15 décembre 2009 § Poster un commentaire

La conférence des Présidents du Sénat a confirmé, mardi 15 décembre 2009, que le projet de loi sur le redécoupage électoral avait bien été rejeté la veille au soir.

"L’affaire est close aujourd’hui au Sénat. Le gouvernement n’a pas à s’immiscer" dans des affaires internes au Sénat, a commenté le ministre des Relations avec le Parlement, Henri de Raincourt.

Depuis hier 22h30 et l’annonce par Catherine Tasca, présidente de séance qui remplaçait le président du Sénat, Gérard Larcher indisponible même au téléphone, que l’adoption surprise de cet amendement "a de fait abouti au rejet de l’ensemble du texte", le gouvernement et sa majorité n’ont eut de cesse d’obtenir une "seconde délibération", le plus rapidement possible.

Outre cette exigence d’une nouveau vote, en dépit des règles applicables en la matière, le secrétaire d’Etat aux Collectivités locales, Alain Marleix n’avait pas hésité à faire part, auprès de l’AFP de ses soupçons sur “la sincérité du scrutin sur l’amendement PCF, en affirmant que des bulletins PS étaient "déjà dans l’urne" avant le début du vote”…

Gérard Longuet , président du groupe UMP, de son côté avait dénoncé “"l’attitude parfaitement inacceptable de la présidente de séance, une attitude méprisante à l’égard des règles, de la procédure, des faits et de l’institution".

Il faut croire que la conférence des présidents du Sénat n’est pas du même avis que Gérard Longuet et que dans la décision de Catherine Tasca, il n’y a eut ni mépris à l’égard des règles, ni mépris à l’égard de la procédure ni mépris à l’égard des faits et de l’institution

Conformément au processus législatif en vigueur,  le texte doit donc désormais être réexaminé à l’Assemblée nationale.  

Selon Le Monde , “Le gouvernement présentera un nouveau texte en janvier 2010 pour son projet de loi sur le redécoupage électoral, rejeté, lundi 14 décembre, au Sénat

Source: L’actualité avec l’AFP, Le Monde

Non aux charters de la honte!

15 décembre 2009 § Poster un commentaire

Une nouvelle fois, alors que la situation , la sécurité des personnes est très loin de s’être améliorée en Afghanistan, le gouvernement français s’apprête à “expédier” en Afghanistan de nouveaux réfugiés….

D’après Le Figaro, “une source policière a indiqué que des réfugiés afghans pourraient être expulsés vers leur pays dès ce soir à bord d’un avion venant de Grande-Bretagne et faisant halte à l’aéroport de Roissy”.

Cette procédure est inhumaine, dégradante pour le pays qui l’utilise. Il est donc de la toute première importance de signifier à nos représentants que nous ne sommes pas d’accord avec ces charters qui nous déshonorent.

Disons non aux charters de la honte!

 

Non aux charters de la Honte!

Source: Le Figaro

La guerre, une simple question d’arguments?

14 décembre 2009 § Poster un commentaire

Il semblerait que la question du déclenchement de l’invasion de l’Irak par les troupes américano-britaniques, en février 2003, se résume , pour Tony Blair, alors premier ministre de Grande-Bretagne , à une simple question d’arguments.

C’est ce qui découle de sa déclaration lors d’une émission diffusée par le BBC, ce dimanche 13 décembre 2009.

Tony Blair était convaincu, bien avant février 2003, après des discussions privées avec George Bush sur le «changement de régime» en Irak. " qu’il serait allé à la guerre, même s’il savait que l’Irak n’avait pas d’armes de destruction massive" parce qu’il aurait "continué à penser "qu’il était juste de le renverser…Évidemment, nous aurions employé et développé des arguments différents quant à la nature de la menace"

C’est donc l’intime conviction de Tony Blair qui a prévalu pour déclencher cette guerre, au mépris des avertissement permanents de Lord Goldsmith,avocat général et sommité en matière de droit constitutionnel anglais. Lord Goldsmith a, entre juillet 2002 et début 2003, formellement averti le premier ministre et son cabinet de guerre, que "déposer Saddam Hussein par la force constituerait une violation du droit international car l ‘intervention militaire, au motif de la légitime défense ne s’appliquait que si le Royaume-Uni était sous menace imminente de l’Irak, que l’intervention humanitaire n’était pas pertinente et que les précédentes résolutions des Nations Unies sur Saddam Hussein n’engageaient que l’ONU et uniquement l’ONU.

Mais Tony Blair savait aussi parfaitement , après un sondage de mars 2003, que si il voulait l’appui de l’opinion de son pays et un vote favorable du Parlement, il devait obtenir le feu vert de l’ONU et prouver que l’Irak possédait des armes de destruction massive opérationnelle. En effet le sondage de mars 2003, était clair: Pour 74 % des Britanniques une invasion de l’Irak ne se justifiait qu’avec le feu vert de l’ONU et en ayant la preuve de la présence d’armes de destruction massive en Irak. Sans cela, seuls 26 % des sondés approuvaient une invasion sans conditions!

Qu’à cela ne tienne, en mars 2003, Tony Blair avait engagé son pays dans la guerre en Irak, en affirmant que Saddam Hussein disposait d’armes de destruction massive qu’il pouvait déployer "en 45 minutes".Pourtant, il savait, comme l’a déclaré à la BBC John Prescott, ex adjoint de Tony Blair, que " toutes les agences de renseignements de l’époque pensait que l’Irak ne possédait des armes de destruction massive". Comme le souligne le magazine Le Point, "Aucune arme de ce type n’a été trouvée et il s’est avéré que la mention des "45 minutes", malgré une source douteuse, avait été ajoutée in extremis afin de "muscler" un rapport des services de renseignement britanniques. "

Tony Blair va, à présent, être confronté à d’importants problèmes juridiques, si l’on en croit le Professeur Philippe Sands, QC, directeur du Centre des cours et tribunaux internationaux à l’University College de Londres, et membre du bureau juridique Cherie Blair’s Matrix.

Un des problèmes juridiques immédiats pour M. Blair va être sa comparution au début de l’année prochaine devant la commission Chilcot (qui a commencé son travail d’investigations et d’auditions mardi 8 décembre) chargée de faire la lumière sur le rôle de la Grande-Bretagne dans la guerre en Irak et plus particulièrement sur des suspicions de manipulation des renseignements.

Depuis mardi, les révélations abondent.

Jeudi, nous révèle Radio Canada, Christopher Meyer, l’ancien ambassadeur de la Grande-Bretagne aux États-Unis, a déclaré que Tony Blair aurait été convaincu en avril 2002, lors d’un séjour dans son ranch de Crawford, au Texas. par l’ex-président américain George W. Bush, de la nécessité de renverser Saddam Hussein

William Ehrman, un haut fonctionnaire britannique, a fait référence à un rapport que Londres avait reçu 10 jours avant le début de l’invasion. M. Ehrman affirme que le rapport indiquait « que les armes chimiques et biologiques avaient été démantelées et que Saddam Hussein n’avait pas encore ordonné qu’elles soient rassemblées » et qu’« il ne disposerait peut-être pas des munitions pour les disperser efficacement ».

Certains parlementaires, comme Richard Ottoway et Sir Menzies Campbell, affirment que leur vote aurait été différent si on leur avait présenté la "vérité sans fards" et qu’ils n’auraient certainement pas voté l’invasion de l’Irak, si on les avait averti que ce pays ne possédait aucune arme de destruction massive opérationnelle"

En outre, Giovanni di Stefano, l’actuel conseil italien de l’ancien ministre irakien des Affaires étrangères Tarek Aziz, a adressé à l’Attorney General, principal conseiller juridique du gouvernement britannique, une "demande de consentement pour poursuivre" enversTony Blair. TM° di Stefano considère que Tony Blair a "enfreint la Convention de Genève de 1957" en engageant son pays dans une guerre "non justifiée par une nécessité militaire et menée de manière illégale et gratuite". Il estime que les déclarations de Tony Blair à la BBC "confirment que la véritable motivation pour attaquer l’Irak était d’en changer le régime et non pas ce que (Tony Blair) a déclaré à l’électorat" .

Avis de tempête , donc pour Tony Blair et on ne peut que se réjouir qu’il n’ait pas été désigné comme président de l’Europe! On peut même espérer que, dans la foulée, son "mentor" G.W.Bush, soit à son tour inquiété pour cette invasion de l’Irak et de tant d’autres pays justifiée par des preuves quelque peu "fabriquées de toute pièce" et des arguments qui au final ne servent que de "cache sexe" …on peut rêver, non?

Sources: BBC ; Herald Scotland ; Le Point ; Radio Canada

Élection régionales, pour quoi et pour qui?

8 décembre 2009 § Poster un commentaire

La campagne pour les élections régionales qui auront lien en mars 2009 est quasiment commencée.

Selon un sondage LH2* et relayé par le Figaro:

  • 7% des administrés interrogés sont capables de donner le nom de leur président de région.

  • 25% des personnes interrogées s’intéressent au bilan de la majorité sortante de la région.

  • le principal critère de choix lors du vote de mars 2010, sera la situation économique et sociale pour 45% des sondés.

A l’heure ou les états majors des partis politiques finalisent leurs listes et affutent leurs arguments de campagne, je vous propose de faire un peu mieux connaissance avec les conseils de régions, leur rôle, leurs missions, leurs budget, et de nous intéresser d’avantage à ce pourquoi nous allons voter et après à ceux pourquoi nous allons voter.

Depuis la décentralisation, les conseils régionaux , en tant que collectivités locales, occupent une place prépondérante dans la facilitation de notre vie quotidienne.

Qu’est-ce qu’un conseil régional ?

Son Rôle, sa composition et ses modalités de fonctionnement

Ses domaines d’intervention de la région ?

  1. Le développement économique

  2. L’aménagement du territoire et la planification

  3. L’éducation, la formation professionnelle et la culture

  4. La santé

Le budget d’un conseil régional

Comment se prépare un budget local ?

    1. Les ressources des collectivités locales

    2. Les dépenses des collectivités locales

    3. Les contrôles sur les finances locales

Comment sont élus les conseiller régionaux

Le mode de scrutin est défini aux articles L. 338 et L.338-1 du code électoral Code_électoral.

Les conseillers régionaux sont élus au suffrage universel direct tous les six ans. Le scrutin est un scrutin de liste majoritaire à deux tours.

Connaitre la situation économique et sociale régionale

Connaitre votre conseil régional sur Internet, les sites officiels:

Conseil régional d’Alsace

Conseil régional d’Aquitaine

Conseil régional d’Auvergne

Conseil régional de Basse-Normandie

Conseil régional de Bourgogne

Conseil régional de Bretagne

Conseil régional du Centre

Conseil régional de Champagne-Ardenne

Collectivité territoriale de Corse

Conseil régional de Franche-Comté

Conseil régional de la Guadeloupe

Conseil régional de Guyane

Conseil régional de Haute-Normandie

Conseil régional d’Île-de-France

Conseil régional de Languedoc-Roussillon

Conseil régional du Limousin

Conseil régional de Lorraine

Conseil régional de la Martinique

Conseil régional de Midi-Pyrénées

Conseil régional du Nord-Pas-de-Calais

Conseil régional des Pays de la Loire

Conseil régional de Picardie

Conseil régional de Poitou-Charentes

Conseil régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur

Conseil régional de la Réunion

Conseil régional de Rhône-Alpes

Qui dirige votre région?

Liste des dirigeants des régions françaises

* Enquête réalisée par téléphone du 30 octobre au 28 novembre auprès de 5.100 personnes, constituant un échantillon représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

Sources: Le Figaro ; Vie Publique ; INSEE ; Wikipédia

Mots clés Technorati :

Bayrou rit aujourd’hui, le PS pleurera demain!

7 décembre 2009 § Poster un commentaire

Sur Europe 1, François Bayrou a jugé le comportement de S. Royal «souvent rigolo» Ce qui fait rire présentement le leader du Modem c’est que la présidente de la région Poitou-Charente, tête de liste socialiste pour les prochaines élections régionales, ait proposé d’intégrer, dès le premier tour, les candidats du Modem sur les listes qu’elle mènera.

A ma grande surprise, et à celle de très nombreux ex adhérents du Modem, il a pris pour prétexte au refus qu’il opposait à Ségolène Royal "Les adhérents et militants du Modem de Poitou-Charentes ont délibéré avec les autres, et à l’unanimité ils ont dit: "Notre présence au premier tour de ces élections ne se discute pas, parce qu’on a besoin de dire des choses qui, pour l’instant, ne sont pas dites dans la vie politique française".

Étonnant cette soudaine prise en compte de l’avis des adhérents quand on sait que:

Ces quelques exemples, parmi plusieurs centaines d’autres, me font sérieusement douter des vraies raisons du refus de François Bayrou. Et ses "crispations dominicales" me posent quelques questions:

  • Si les candidats Modem de la région Poitou-Charente acceptent la main tendu de Ségolène Royal, est-ce pour autant que cela va les empêcher de dire ce qu’ils ont à dire et qui, selon Bayrou, ne serait pas encore dit?

  • Si, malgré la décision de F.Bayrou de faire liste séparée au premier tour, les candidats locaux acceptent de faire liste commune dès le premier tour avec Ségolène Royal que fera le bureau exécutif du Modem? Va-t-il les exclure, eux aussi? Va-t-il appeler à voter contre eux?

  • Ces candidats ne sont-ils pas libres de décider par eux même quand et avec qui s’allier? Sont-ils des "sujets du Modem" ou des citoyens libres d’une Démocratie qui, conformément à la constitution, se portent candidat à un mandat électif?

  • Qu’est-ce qui gène vraiment François Bayrou , les adhérents et les militants du Modem dans cette main tendue de Ségolène Royal? Il n’y a pas 5 semaines, c’était le président du Modem qui, comme le rappelle Michèle Delaunay sur son blog "prônait la "main tendue aux socialistes"?

Quoi qu’il en soit, m’est avis que François Bayrou va bientôt beaucoup moins rigoler et qu’il va être confronté à un bien plus gros problème que la présence de candidat Modem au premier tour des régionales. Et par la même occasion les dirigeants du PS vont se retrouver bien coincés par la stratégie bureaucratique du "tous en même temps et de la même façon" qu’ils ont décidé de mener avec le Modem…

En effet, il y a de fortes chance que le Modem, du moins sa composante centre droit, disparaisse sous peu au profit d’une UDF renaissante.

Selon une information révélée par lexpress.fr. Hervé de Charette quitte l’UMP .

Et Hervé de Charette ce n’est pas n’importe qui….il serait l’unique propriétaire du sigle UDF

Ce sigle sous lequel les sénateurs UDF-Modem, se sont présentés aux suffrages il y a un peu plus d’un an.

Ce sigle que Hervé Morin voudrait bien réactiver sous la forme d’un parti politique , répondant ainsi aux souhaits de J. Arthuis, sénateur de Mayenne qui veut recréer "la grande famille centriste telle que l’UDF en a été l’expression", de Jean Pierre Raffarin et même d’Alain Juppé qui souhaite un "grand rassemblement de la droite, du Centre (Nouveau inclus) et les Modem qui se sentent de droite."

Dès lors, vidé de ses adhérents centre gauche depuis près d’un an et demi, si l’UDF renait et siphonne les élus actuels du Modem et l’électorat centre droit…il ne va rester à François Bayrou …que l"es yeux pour pleurer"!

Les "têtes pensantes" du PS, qui comme Claude Bartolone trouvent "le monde de Ségolène Royal…parfois un peu surprenant" , ferait mieux de réfléchir au fait qu’il est plus intéressant d’avoir, dès le premier tour, des candidats Modem dans ses listes ,que les avoir comme adversaires au second tour, ce qui risque fort de se passer si, d’ici mars 2009, la perspective d’une renaissance de l’UDF se précise! Auquel cas, le PS pourrait bien pleurer à chaudes larmes et regretter, mais un peu tard, de n’avoir pas utilisé la même stratégie que Ségolène Royal!

François Bayrou, lui, y a pensé et c’est bien pour "évaluer" son poids électoral, en vue de négociations futures et non pour que ses candidats puisse dire des choses politiques qui ne sont pas dites, qu’il refuse la main que Ségolène Royal lui tend!

Comme le dit si bien Michèle Delaunay:

"La politique rend bête et use les caractères fragiles. Le ton grinçant de Bayrou expliquant son refus trahissait cette nervosité de petit chef qui est si préjudiciable à l’exercice des responsabilités. N’est pas Obama, le maître de la maîtrise de soi, qui veut"

J’ajouterais que cette remarque vaut aujourd’hui pour pas mal de dirigeants du PS qui se gaussent de l’initiative de Ségolène Royal. Initiative qui aura au moins eu le mérite de mettre en pleine lumière la difficulté évidente de François Bayrou à mettre en acte ses paroles.

Sources: Michèle Delaunay ; Essonne en Mouvement ; Libération ; L’Express.fr ; ipolitique ; Le Figaro

Menace épiscopale contre Juan-Carlos Ier ?

5 décembre 2009 § Poster un commentaire

Victor Hugo disait dans un Discours de 1850 ( chambre des députés) pour dénoncer la loi Falloux: "L’Etat chez lui, l’Eglise,chez elle" et c’est peut être ce que le roi d’Espagne va courtoisement faire comprendre à la conférence épiscopale espagnole!

Cette dernière, présidée par l’archevêque de Madrid, Mgr Rouco Varela, chef de file de l’aile conservatrice de l’église catholique espagnole, a annoncé le 25 novembre 2009, dans un communiqué, que « quiconque avalisera le contenu de la nouvelle loi sur l’avortement sera déclaré hérétique et encourra une menace d’excommunication ».

Et "c’est qui qui" va devoir avaliser cette nouvelle loi sur l’avortement que le Parlement espagnol devrait définitivement approuver sous peu?

Juan-Carlos Ier, le chef de l’Etat espagnol qui, par la constitution de 1978, est le seul à promulguer les lois en apposant sa signature sur l’acte de promulgation.

Le seul moyen pour lui de ne pas être déclaré hérétique et excommunié, serait d’abdiquer….S’il ne le fait pas,  il tombera sous l’édit d’excommunication énoncée par l’épiscopat espagnol.

Rappelons tout de même qu’en Espagne, même si les parlementaires prêtent serment sur l’Evangile au moment de leur prise de fonction, la séparation de l’église et de l’Etat est un fait constitutionnel depuis l’établissement de la démocratie en 1977.

Avant-hier,Mgr Martinez Camino, porte-parole de la Conférence, a cherché à adoucir les propos de Mgr Rouco Varela: « Quiconque appuiera, votera ou promulguera la loi sur l’avortement se mettra de facto en situation de péché mortel et, à ce titre, ne pourra plus recevoir aucun sacrement tant qu’il ne se déjugera pas en public ou obtiendra le pardon de l’église ».

Bon ce n’est plus "si ça ne te plait pas, va voir ailleurs" ( tiens ça me rappelle un certain chanoine ), "mais “tu seras privé de dessert, si tu ne fait pas ton mea culpa devant l’inquisition l"Eglise catholique espagnole!"

Personnellement, ce genre de propos , tenus au XXIème siècle, me font dire que :
Ce n’est “pas demain la veille” que la Femme aura une chance de disposer librement de son corps, ou que ce soit sur notre planète.
Que l’ Islam n’est pas  la seule religion à prétentions politiques et incompatible avec la laïcité…
Et vous, que vous inspire cette forme de "fatwa catholique"?

Sources: Académie de Rennes ; Marianne2

Où suis-je ?

Vous consultez les archives de décembre, 2009 à Chez Louise.