Pas de quoi pavoiser pour l’UMP!

7 juin 2009 § Poster un commentaire

Je me suis livrée à un rapide calcul sur la base des résultats du premier tour de la présidentielle 2007 et des résultats d’aujourd’hui.

Résultats reportés en voix pour le 7 juin 2009 ( sur la base d’inscrits en 2007)

Parti estimation Suffrages exprimés en voix
UMP 28,30% 5 034 313
PS 17,50% 3 113 091
Europe Ecologie 14,80% 2 632 786
Modem 8,70% 1 547 651
Front national 6,50% 1 156 291
Front de gauche 6,30% 1 120 713
NPA 5,00% 889 455
Libertas 5,00% 889 455
Lutte ouvrière 1,30% 231 258

 

Rappelons qu’au premier tout des élections présidentielles de 2007 les résultats étaient les suivants:

Parti Suffrages                                                                   exprimés en voix

M. Nicolas SARKOZY                                                           11 448 663

Mme Ségolène ROYAL                                                            9 500 112

Dominique VOYNET + José BOVÉ                                     1 059 674

M. François BAYROU                                                              6 820 119

M. Jean-Marie LE PEN                                                           3 834 530

Mme Marie-George BUFFET                                                    707 268

M. Olivier BESANCENOT                                                     1 498 581

Philippe de VILLIERS + Frédéric NIHOUS                        1 239 052

Mme Arlette LAGUILLER                                                         487 857

Voilà pourquoi il n’y a pas de quoi pavoiser ni pour l’UMP ni pour le PS:

Entre le scrutin de 2007 et celui d’aujourd’hui, ils ont perdu:

UMP: 6 414 350 voix

PS : 6 387 021 voix

Quand au Modem, il a perdu 5 272 468 voix.

Seuls les écologistes gagnent 1 573 112 voix (si on comptabilise ensemble le score de Voynet et de Bové en 2007) ainsi que le Front de Gauche avec 413 445 voix en plus…

Nicolas Sarkozy, il a gagné son pari ce soir,( Moscovici)

Absolument pas, il a perdu énormément d’électeurs depuis 2007. En fait il a perdu 6 414 350 voix! C’est grave pour un parti présidentiel!

En 2007, au premier tour, il a recueilli 11 448 663 suffrages, aujourd’hui il n’en recueille que 5 034 313! Soit une peu plus de 10% des inscrits sur les listes électorales….pas de quoi pavoiser….

Mots clés Technorati : ,,,

Publicités

Crier « au loup » pour avoir les bananes !

7 juin 2009 § Poster un commentaire

Nous croyons, nous autres humains développés, avoir le monopole de de la manipulation de nos congénères.
Nous croyons être les seuls à savoir faire diversion alors qu’il n’en est rien.
De nombreux chercheurs, spécialisée dans l’observation des primates et d’autres espèces, notamment des oiseaux, ont observé des « comportements trompeurs " qui consistaient à lancer des cris d’alarme pour distraire l’attention des dominants du groupe, à fin de s’accaparer la nourriture.

Ces observations anecdotiques,Brandon Wheeler, un anthropologue biologiste à l’Université Stony Brook de l’État de New York , a voulu les rendre moins anecdotiques, plus systématiques.
C’est ainsi qu’il a mené une série d’expériences dans le parc national d’Iguazu en Argentine.

L’observation porte sur un groupe de singes capucins bruns (Cebus apella nigritus) .

capucin

Photo Credit: Brandon Wheeler

Ces primates sont d’une taille relativement petite. Ils vivent en Amérique du Sud, se nourrissent principalement de fruits et d’insectes. Ils constituent une société de 7 à 40 animaux,  hiérarchisée, dans laquelle les éléments dominants utilisent l’intimidation auprès des plus faibles pour s’accaparer la nourriture.Ils communiquent entre eux  par "vocalisations"."11 vocalisations ont été distinguées, réparties en quatre catégories selon leur objet : cri de contact concernant un seul individu, cri de contact concernant la troupe, cri d’alarme destiné à la troupe et cri ponctuant la fin d’une attaque réelle ou potentielle. Les appels de régulation spatiale sont au nombre de trois : ‘huh’ pour maintenir la distance entre les membres, ‘arrawks’ pour la réduire et ‘hehs’ pour l’augmenter."*
Lorsqu’ils se sentent menacés par la présence d’un serpent ou d’un prédateur, comme un ocelot, ces singes émettent un avertissement, qui ressemble à un hoquet, pour alerter les autres membres du groupe. Ces alertes provoquent la fuite, la dispersion du groupe. Brandon Wheeler, alors qu’il observait un groupe de capucins bruns en train de manger sur des plates-formes dans les arbres, a remarqué que ces appels n’étaient pas toujours de vrais avertissement. En effet, certains des singes « criaient au loup » alors qu’il n’y avait aucun prédateur dans les environs.
Les jeunes capucins, subalternes relégués par les « dominants » à la périphérie des plates-formes, ont poussé le cri d’alarme correspondant à la présence d’un ocelot. Ce qui a eu pour effet de faire fuir les « dominants » , laissant ainsi la plate-forme et surtout la nourriture disponible pour les capucins subalternes qui avaient donné l’alerte.

Brandon Wheeler a donc été décidé de faire une observation plus poussée de ce comportement, afin de vérifier si, chez les singes capucins, l’utilisation des "appels d’alarme trompeurs" était une manière d’usurper intentionnellement les ressources alimentaires.
Au cours de cette observation, pour qu’il soit considéré qu’on était face à une fausses alarmes, il fallait que l’alarme corresponde à certaines conditions.
Elle devait être :
(i) déclenché par des subordonnés,
(ii) plus fréquente lorsque la nourriture est la plus rare,
(iii) plus fréquente lorsque la nourriture est moins accessible ,
et (iv) lancée lorsque l’appelant est dans une position spatiale dans laquelle il a des chances d’augmenter son succès de s’accaparer la nourriture lorsque ses congénères réagissent à l’alarme en fuyant.

Pour mener à bien son expérience, Brandon Wheeler a installé dans les arbres des plates-formes sur lesquelles étaient disposés des morceaux de bananes.
Wheeler a alors constaté que ce sont les individus subalternes, écarté des plates-formes par les dominants, qui émettaient les faux cris d’alerte, en particulier quand ils étaient proches de la plate-forme.
Dans 40 % des cas, les dominants ont réagi à l’alarme par la fuite, permettant aux subalternes de profiter de cette fuite et de prendre place près de la source de nourriture.
L’observation a montré que si les fausses alarmes sont moins fréquentes lorsque l’alimentation est abondante, elles se multiplient lorsque la nourriture est rare et moins disponible.
Ces résultats sont généralement favorables à l’hypothèse que les appels d’alarme sont utilisés par les Capucins pour réduire les effets de la concurrence alimentaire.
Brandon Wheeler pense que si ces fausses alarmes sont délibérées, cela suggère que les singes capucins ont développé la capacité de prédire comment les autres répondent à des stimuli.
"Il ya une hypothèse appelé" "hypothèse de l’intelligence machiavélique" selon laquelle l’augmentation des capacités cognitives évolue de telle sorte que les individus peuvent mieux soutenir la concurrence dans les types d’interactions compétitives qui découlent inévitablement de la vie en groupe», dit-il. "Un des postulats de l’hypothèse est que la tromperie doit être un comportement."

Klaus Zuberbühler ,psychologue de l’Université de St. Andrews au Royaume-Uni, un expert en primates, spécialisée dans l’étude de leur "vocalisations", considère l’étude de Wheeler comme «un excellent travail empirique». Mais il doute que les données apportent la preuve de la tromperie intentionnelle. Il pense que les fausses alarmes des singes subalternes sont plutôt liées au stress environnemental.
Brandon Wheeler, quant à lui, précise que des investigations plus approfondies seront nécessaires pour démontrer que ce comportement est intentionnel de la part de l’appelant.
Investigations très certainement intéressantes à suivre, car si Brandon Wheeler parvient à démontrer que le comportement des capucins est intentionnel, cela voudra dire que ces petits singes sont à un stade de la cognition bien plus élevée qu’on ne le pensait jusqu’à présent.

Sans compter que leur comportement n’est pas sans rappeler celui de certains de nos hommes et femmes politiques. N’est-il pas?
Sources :
Brandon Wheeler

Sciencemag.org

NOUVELOBS.COM

* Wikipédia

Mots clés Technorati : ,,

Éric Besson, une erreur à 100 000 €

3 juin 2009 § Poster un commentaire

Décidément, l’éminent lauréat du "prix de l’imbécile heureux né quelque part » ne parvient pas à "mettre au pas" les associations de défenses des immigrés ! Et cela va finir par nous coûter très cher…. Le prix de son entêtement, de son ignorance, de son incapacité à traiter dans le respect des lois et des personnes le sujet dont il a la charge.

Ce n’est pourtant pas faute d’avoir été averti et d’avoir reçu quelques belles volées de bois vert !

La première "volées de bois vert".a suivi de très près son affirmation qu’"en 65 années d’application de la loi, personne en France n’a jamais été condamné pour avoir seulement accueilli, accompagné ou hébergé un étranger en situation irrégulière".

Propos totalement mensongers, qui mirent en ébullition non seulement le Gisti qui avait publié en mai un "inventaire non exhaustif" de condamnations prononcées depuis 1986 contre "des personnes qui ont apporté une aide à des étrangers, la plupart du temps en les hébergeant" (en application de l’article L. 622-1 du Code de l’entrée et du séjour des étrangers), mais également le "mon avocat favorit"qui s’empressa d’établir une liste étayée et référencée.

La seconde "volées de bois vert" vient de tomber, par le biais d’une lettre commune que plusieurs associations ont fait parvenir au ministre de l’immigration. Dans ce courrier publiée par le nouvelobs.com, mardi 2 juin, Emmaüs France, Médecins du monde, la LDH ou encore SOS Racisme et bien d’autres associations demandent à Éric Besson de renoncer au délit de solidarité. Considérant qu’il y a toujours un désaccord de fond entre le ministre et elle "sur la loi dans sa rédaction actuelle et dans son application", les associations veulent, à l’occasion d’une réunion qu’elles auront eu le temps de préparer , s’entretenir sur la suppression du délit de solidarité. Dès lors, elle trouve inopportun et inapproprié d’accepter de rencontrer le ministre à la date et pour l’ordre du jour qu’il propose :

"la date retenue -l’avant-veille d’une journée électorale- (qui leur) paraît peu opportune si notre objectif commun est de reprendre un dialogue sur des bases plus sereines, hors de tout brouillage qu’occasionnent nécessairement les enjeux électoraux".

La troisième "volées de bois vert" accompagne la seconde, après la signature, le 10 mai, d’un marché avec une association alors que les qualités de l’association à concourir à un tel marché devaient être examinée par la justice. La magistrate en charge du dossier, lors de l’audience du 6 mai, avait dit à l’avocat représentant Éric Besson que "le ministre s’honorerait de ne pas signer" dans l’attente de l’audience de référé-précontractuel du 13". Éric Besson ne nie pas que son avocat lui a transmis le souhait de la magistrate. Il ne nie pas non plus que son avocat lui a conseillé d’attendre pour signer ce marché avec collectif Respect . Une telle précipitation, au mépris des recommandations de l’avocat et de la magistrate ne pouvait pas rester sans conséquences. Et effectivement, on apprend, sur le blog de Catherine Coroller, que "Eric Besson ayant été contraint par la justice de prolonger (de trois mois) la mission de la Cimade, des salariés se retrouvent sans emploi. «Il y a un aspect préjudiciable pour les équipes recrutées», note Pierre Henry, directeur général de FTDA…"

L’impatience, la frénésie, d’Éric Besson à vouloir signer au plus vite ce marché avec une association très proche de l’UMP, va nous coûter, selon les estimations de Serge Slama : «"Au bas mot, entre les indemnités qui seront versées aux prestataires retenus et les frais d’avocats pour les 3 procédures, le contribuable devra débourser sûrement une centaine de milliers d’euros".

100 000 € minimums pour ne pas avoir pu attendre trois jours, ça fait tout de même beaucoup. Sans compter on ignore les suites que le collectif Respect prévoit de donner à cette « rupture de contrat » !

Alors, certes, lorsqu’on parle d’immigration, il est de bon ton d’affirmer "que la France ne peut pas accueillir toute la misère du monde" et de rappeler que c’est Michel Rocard qui l’a dit.

Seulement la vérité est que Michel Rocard a en réalité dit : «La France ne peut pas accueillir toute la misère du monde, mais elle en prendra fidèlement sa part. ».

Éric Besson lui pense que la France, et surtout ses contribuables doivent être les seuls à prendre en charge financièrement ses erreurs et ses errances et que la Solidarité, dont il entend faire un délit pour les autres, doit jouer "à fond" pour lui!

Sources:

Journal d’un avocat

Blog de S.Slama

Bakchich.info

Libération

Nouvel Obs

Gisti

Où suis-je ?

Vous consultez les archives de juin, 2009 à Chez Louise.