Crier « au loup » pour avoir les bananes !

7 juin 2009 § Poster un commentaire

Nous croyons, nous autres humains développés, avoir le monopole de de la manipulation de nos congénères.
Nous croyons être les seuls à savoir faire diversion alors qu’il n’en est rien.
De nombreux chercheurs, spécialisée dans l’observation des primates et d’autres espèces, notamment des oiseaux, ont observé des « comportements trompeurs " qui consistaient à lancer des cris d’alarme pour distraire l’attention des dominants du groupe, à fin de s’accaparer la nourriture.

Ces observations anecdotiques,Brandon Wheeler, un anthropologue biologiste à l’Université Stony Brook de l’État de New York , a voulu les rendre moins anecdotiques, plus systématiques.
C’est ainsi qu’il a mené une série d’expériences dans le parc national d’Iguazu en Argentine.

L’observation porte sur un groupe de singes capucins bruns (Cebus apella nigritus) .

capucin

Photo Credit: Brandon Wheeler

Ces primates sont d’une taille relativement petite. Ils vivent en Amérique du Sud, se nourrissent principalement de fruits et d’insectes. Ils constituent une société de 7 à 40 animaux,  hiérarchisée, dans laquelle les éléments dominants utilisent l’intimidation auprès des plus faibles pour s’accaparer la nourriture.Ils communiquent entre eux  par "vocalisations"."11 vocalisations ont été distinguées, réparties en quatre catégories selon leur objet : cri de contact concernant un seul individu, cri de contact concernant la troupe, cri d’alarme destiné à la troupe et cri ponctuant la fin d’une attaque réelle ou potentielle. Les appels de régulation spatiale sont au nombre de trois : ‘huh’ pour maintenir la distance entre les membres, ‘arrawks’ pour la réduire et ‘hehs’ pour l’augmenter."*
Lorsqu’ils se sentent menacés par la présence d’un serpent ou d’un prédateur, comme un ocelot, ces singes émettent un avertissement, qui ressemble à un hoquet, pour alerter les autres membres du groupe. Ces alertes provoquent la fuite, la dispersion du groupe. Brandon Wheeler, alors qu’il observait un groupe de capucins bruns en train de manger sur des plates-formes dans les arbres, a remarqué que ces appels n’étaient pas toujours de vrais avertissement. En effet, certains des singes « criaient au loup » alors qu’il n’y avait aucun prédateur dans les environs.
Les jeunes capucins, subalternes relégués par les « dominants » à la périphérie des plates-formes, ont poussé le cri d’alarme correspondant à la présence d’un ocelot. Ce qui a eu pour effet de faire fuir les « dominants » , laissant ainsi la plate-forme et surtout la nourriture disponible pour les capucins subalternes qui avaient donné l’alerte.

Brandon Wheeler a donc été décidé de faire une observation plus poussée de ce comportement, afin de vérifier si, chez les singes capucins, l’utilisation des "appels d’alarme trompeurs" était une manière d’usurper intentionnellement les ressources alimentaires.
Au cours de cette observation, pour qu’il soit considéré qu’on était face à une fausses alarmes, il fallait que l’alarme corresponde à certaines conditions.
Elle devait être :
(i) déclenché par des subordonnés,
(ii) plus fréquente lorsque la nourriture est la plus rare,
(iii) plus fréquente lorsque la nourriture est moins accessible ,
et (iv) lancée lorsque l’appelant est dans une position spatiale dans laquelle il a des chances d’augmenter son succès de s’accaparer la nourriture lorsque ses congénères réagissent à l’alarme en fuyant.

Pour mener à bien son expérience, Brandon Wheeler a installé dans les arbres des plates-formes sur lesquelles étaient disposés des morceaux de bananes.
Wheeler a alors constaté que ce sont les individus subalternes, écarté des plates-formes par les dominants, qui émettaient les faux cris d’alerte, en particulier quand ils étaient proches de la plate-forme.
Dans 40 % des cas, les dominants ont réagi à l’alarme par la fuite, permettant aux subalternes de profiter de cette fuite et de prendre place près de la source de nourriture.
L’observation a montré que si les fausses alarmes sont moins fréquentes lorsque l’alimentation est abondante, elles se multiplient lorsque la nourriture est rare et moins disponible.
Ces résultats sont généralement favorables à l’hypothèse que les appels d’alarme sont utilisés par les Capucins pour réduire les effets de la concurrence alimentaire.
Brandon Wheeler pense que si ces fausses alarmes sont délibérées, cela suggère que les singes capucins ont développé la capacité de prédire comment les autres répondent à des stimuli.
"Il ya une hypothèse appelé" "hypothèse de l’intelligence machiavélique" selon laquelle l’augmentation des capacités cognitives évolue de telle sorte que les individus peuvent mieux soutenir la concurrence dans les types d’interactions compétitives qui découlent inévitablement de la vie en groupe», dit-il. "Un des postulats de l’hypothèse est que la tromperie doit être un comportement."

Klaus Zuberbühler ,psychologue de l’Université de St. Andrews au Royaume-Uni, un expert en primates, spécialisée dans l’étude de leur "vocalisations", considère l’étude de Wheeler comme «un excellent travail empirique». Mais il doute que les données apportent la preuve de la tromperie intentionnelle. Il pense que les fausses alarmes des singes subalternes sont plutôt liées au stress environnemental.
Brandon Wheeler, quant à lui, précise que des investigations plus approfondies seront nécessaires pour démontrer que ce comportement est intentionnel de la part de l’appelant.
Investigations très certainement intéressantes à suivre, car si Brandon Wheeler parvient à démontrer que le comportement des capucins est intentionnel, cela voudra dire que ces petits singes sont à un stade de la cognition bien plus élevée qu’on ne le pensait jusqu’à présent.

Sans compter que leur comportement n’est pas sans rappeler celui de certains de nos hommes et femmes politiques. N’est-il pas?
Sources :
Brandon Wheeler

Sciencemag.org

NOUVELOBS.COM

* Wikipédia

Mots clés Technorati : ,,

Les ogms : promesses non tenues en Afrique du Sud !

7 avril 2009 § Poster un commentaire

« En Afrique du Sud, des agriculteurs dans la région de North West, Free State et Mpumalanga ont perdu l’intégralité de leur récolte et des millions de dollars de revenus quand 82 000 hectares de champs plantés avec du mais OGM sont "tombés en panne" et n’ont pas produit de grains. L’aspect extérieur des plantes est satisfaisant mais elles n’ont presque pas produit d’épis porteurs de grains.

Une panne survenue lors du processus de fertilisation des semences en laboratoire, affectant trois espèces de maïs GM"

Ce chiffre est contesté par Marian Mayet, directrice du Africa-centre for biosecurity à Johannesburg qui affirme que – selon leur enquête sur le terrain – certaines exploitations ont souffert des pertes d’exploitation jusqu’à 80% de leur récolte. Elle a demandé au gouvernement de nommer une commission d’enquête sur la question et d’immédiatement interdire la culture d’aliments OGM dans le pays, affirmant que c’est la technologie de manipulation génétique pratiquée par Monsanto qui est en elle même responsable de cette "panne" des récoltes.

"L’agriculture vivrière qui sert à nourrir les peuples a été placée entre les mains de grandes multinationales, fabriquant des semences en laboratoire et ayant un contrôle total sur les récoltes et les modes d’alimentation.

Si demain ces grandes multinationales occupent le marché et en chassent les semences naturelles, la population sera à la merci de ce genre de pannes de laboratoire. La famine aura été fabriquée en éprouvette. »

Est-ce que nous pouvons nous permettre ce genre de risque ?"

Flower-power

L’intégralité de l’info

Parlement Européen : loi de réduction des émissions de CO2

2 septembre 2008 § Poster un commentaire

Si vous aussi souhaitez pouvoir acheter des voitures plus économes, ou vous sentez concernés par les changements climatiques, poussez vos eurodéputés à adopter une loi de réduction des émissions de CO2 vraiment efficace.

Faites vite, ils votent début septembre !

 

Pour agir, rendez vous à cette adresse :

http://www.pourdesvoituresmoinspolluantes.org/

Cuisson solaire

26 juillet 2008 § 3 Commentaires

        ·         Marre de cuire vos aliments dans un four électrique dont l’énergie est fournie par une centrale nucléaire ?

·         Marre des factures qui grimpent en flèche ?

·         Marre que la privatisation d’EDF enrichisse des groupes monopolistiques privés ?

Si au lieu d’en parler, on commençait à agir pour la planète et pour lutter contre la pollution ?

Une solution individuelle est à portée de main…elle existe depuis 240 ans !

Elle nécessite un investissement minimum qui va de 4 euros à 40 euros si vous êtes un tant soit peu bricoleur.

 Elle fonctionne même en appartement, pour peu que vous ayez des fenêtres 😉

La solution c’est le cuiseur solaire.

Un site est consacré uniquement à ce mode de cuisson, celui d’Olivier

Ciboulette consacre deux articles au sujet des cuiseurs solaires et lance un concours entre bloggeurs !

Vous trouverez sur ces deux sites toutes les infos et liens pour construire vous même, sans avoir besoin de l’acheter tout fait, votre cuiseur solaire.

A vous de jouer !

OGM, près de chez vous?

14 juillet 2008 § Poster un commentaire

Vous voulez savoir si on cultive du maïs modifié génétiquement à côté de chez vous? Bénédicte à déniché deux sites  sur lesquels trouver l’info.
"Carte des emplacements OGM en France
2 sites contenant des cartes des cultures OGM en France
J’ai mis ci-dessous avec les liens les emplacements concrnant notre région, mais les sites comportent des cartes interactives de la France entière."

Sauvons les abeilles ! Action !

12 juillet 2008 § Poster un commentaire

"Les bloggeurs réunis dans le cercle informel "Sauvons les Abeilles" ont publié une lettre ouverte qui évoque la situation alarmante du sort des abeilles. Elle est adressée aux parlementaires, une copie a été adressée à la presse. Merci à Thierry P. et à l’Hérétique pour ce travail.

Plusieurs possibilités vous sont offertes pour soutenir cette action :

  • relayer l’information sans vos blogs, sur vos sites,
  • adresser la lettre ouverte aux parlementaires de votre circonscription ou de votre département,
  • adresser la lettre aux médias (presse locale…)  et instances auxquels nous n’avons pas pensés.

Le texte de la lettre

Monsieur le Ministre d’Etat, Ministre de l’Ecologie, de l’Energie, du Développement durable et de l’Aménagement du territoire,
Monsieur le Ministre de l’Agriculture et de la Pêche,
Madame la Secrétaire d’Etat chargée de l’Ecologie,
Mesdames et Messieurs les Sénateurs,
Mesdames et Messieurs les Députés,

Citoyens impliqués dans la vie de notre pays, et soucieux de leur environnement, nous sommes alarmés du sort des abeilles en Europe et tout particulièrement en France.

Ces insectes, acteurs indispensables de la biodiversité et du développement rural durable sont en grave danger (1).

Victimes avant tout des pesticides, plusieurs ruches disparaissent également, infectées par un parasite mortel.

Nous sommes plusieurs Blogonautes, à avoir publié dernièrement des billets au sujet des menaces qui pèsent sur les abeilles (2)

L‘exemple édifiant d’une région de la Chine, où les ouvriers doivent désormais polliniser à la main les poiriers pour pallier à la disparition des abeilles a notamment suscité nos plus vives inquiétudes. Sans vouloir céder au catastrophisme, nous ne souhaiterions pas que notre pays connaisse une telle situation.

Aussi, nous avons l’honneur de bien vouloir vous inviter à agir à votre niveau de responsabilités pour faire de la survie des abeilles une cause nationale/européenne.

Par ailleurs, nous estimons que cette cause mériterait légitimement de faire l’objet d’un débat national afin d’aboutir à des mesures concrètes pour assurer la survie de cet insecte irremplaçable et nécessaire à notre autosuffisance alimentaire.

En effet, sans abeilles, toute notre production agricole pourrait se trouver très gravement affectée, et la biodiversité serait menacée.

Nous portons à votre connaissance deux initiatives émanant du monde associatif qui ont pour finalité de sensibiliser le grand public au rôle majeur que jouent les abeilles en matière de préservation de la biodiversité. Il s’agit d’une part du projet de l’Union nationale de l’apiculture Française UNAF (3), et des actions menées par l’association  »Terre d’abeilles »(4) d’autre part.

En relais de la préconisation de mise en œuvre de mesures avancées par les associations, nous avons l’honneur de vous soumettre les propositions suivantes :

Etablissement d’un calendrier conduisant à terme au retrait définitif du marché des pesticides neurotoxiques et systémiques et des produits à usage agricole contenant ces substances. Dans l’immédiat, il serait opportun de réfléchir à l’élaboration d’un premier plan de réduction de 50 % l’usage des pesticides sur cinq ans.

Application du principe constitutionnel de précaution dans la procédure de mise sur le marché des pesticides et des OGM, mesures de respect de l’environnement d’une part, et de santé publique d’autre part.

Instauration d’un moratoire sur les cultures des OGM en plein champ dans l’attente de la création d’un comité européen d’experts indépendants incluant des apidologues, chargés de l’évaluation de la toxicité des pesticides et des OGM. A cet égard, nous prenons note de la décision de modifier le fonctionnement de l’Agence européenne de sécurité des aliments (actée lors de la réunion informelle du 4 juillet 2008 par les 27 ministres de l’environnement).

Reconnaissance de l’abeille en tant qu’ingénieur écologique et indicateur biologique remarquable et comme acteur irremplaçable de la pérennité de la biodiversité, à la base de l’alimentation végétale.

Généralisation à l’ensemble du territoire national du dispositif de suivi de la situation des abeilles actuellement opérationnel dans trois régions (Aquitaine, Rhône Alpes, et Midi Pyrénées).

Au niveau européen, nous avançons l’idée de la création d’une Agence européenne apicole qui aurait vocation à fédérer et coordonner les initiatives nationales des Etats membres de l’Union en matière de préservation des abeilles. Ce volet pourrait figurer dans le cadre de la révision de la politique agricole commune qui va être initiée.

Sans plus attendre, il conviendrait d’évaluer le niveau des crédits à allouer à la recherche tant au niveau national qu’au niveau européen. Ces crédits devront être à la hauteur de l’enjeu que constitue le danger de la disparition des abeilles.

Nous insistons sur le fait que notre initiative est affranchie de toute considération partisane.

Elle émane de citoyens inquiets du risque majeur de mise en danger de l’équilibre de la biodiversité que la raréfaction voire la disparition des colonies d’abeilles engendreraient.

Nous avons donc l’honneur de proposer l’idée d’ouvrir un débat national ouvert à tous les acteurs concernés par ce dossier. Ce débat s’inscrirait dans le droit-fil du large débat public et consensuel ouvert à l’occasion du Grenelle de l’environnement.

Nous citerons pour conclure le poète latin Virgile qui évoqua le sort des abeilles au Livre IV des "Géorgiques" :

"Comme nous cependant ces faibles animaux
Eprouvent la douleur et connaissent les maux"

Nous vous remercions, Mesdames et Messieurs, de toute l’attention que vous voudrez bien accorder à notre démarche et nous vous prions de bien vouloir accepter nos salutations citoyennes les plus cordiales."

Lire la suite chez Werner: http://wernerb.free.fr/?p=327#comments

Trouver votre député ou sénateur

http://www.nousvoulonsunreferendum.eu/index.php?option=com_content&task=blogcategory&id=17&Itemid=33

Contacter votre sénateur :

http://www.senat.fr/elus.html

Contacter votre député :

http://www.assemblee-nationale.fr/qui/

Propolis

8 juillet 2008 § 4 Commentaires

Non, ignorants, je ne vais pas parler dans ce billet d’un groupuscule militant pour la police !

Définition

La propolis est un ensemble de substances résineuses, gommeuses et balsamiques récoltées par les abeilles sur les bourgeons de certains arbres.

C’est un produit bienfaisant que l’on doit, comme le miel, à ces petites bêtes industrieuses : les abeilles en voie de disparition…grâce aux pesticides et autre saloperies que nous balançons allégrement et de façon irresponsables dans nos jardins et nos champs !

« Les grecs avaient constaté que certaines races d’abeilles réduisaient l’entrée de la ruche avec cette résine végétale pour défendre leur colonie. Ils l’appelèrent « pro-polis » qui signifie « en avant de la cité ».

Le mot PROPOLIS viendrait aussi du verbe latin «propolire » qui signifie « enduire ». En effet, l’abeille enduit l’intérieur de son habitat de cette résine pour se protéger des agressions microbiennes !

Déjà utilisé par les prêtres égyptiens pour la momification des cadavres, la Propolis été utilisée comme un «remède aux affections de la peau, plaies et suppurations» (Aristote).

A Rome, le légionnaire en possédait un morceau au moment des campagnes militaires. En France, au 18 ème siècle, elle est utilisée comme drogue pour les plaies. Elle est également utilisée pour guérir les plaies des blessés lors de la guerre des Boers. Les cliniques soviétiques l’utilisaient pendant la deuxième guerre mondiale.

La propolis est un excellent produit cicatrisant. Déposé sur une plaie, elle stoppe instantanément l’hémorragie et colmate la plaie. Seul inconvénient, elle fond à la chaleur.

Des recherches et de nombreuses études ont été réalisées depuis une trentaine d’années et des résultats plus que satisfaisants ont retenu l’intérêt du monde scientifique.

Rôle dans la ruche

La propolis est un produit très précieux pour la ruche : en tapissant ses parois de propolis, les abeilles créent dans la ruche un environnement défavorable au développement des micro-organismes. Cette matière permet aussi de colmater les fissures de la ruche et d’en fixer les parties mobiles.

La propolis est également utilisée pour embaumer le corps des prédateurs gourmands de miel (Sphynx à Tête de Mort, petits rongeurs…) tués par les abeilles et qu’elles ne peuvent pas évacuer compte tenu de leur poids. Leur putréfaction, source de maladies, est ainsi évitée.

Les cellules de cire dans lesquelles la reine va déposer ses œufs sont elles aussi tapissées d’une pellicule de propolis qui forme un milieu stérile pour le développement harmonieux de l’œuf.

En conclusion, la PROPOLIS assure la SANTE de l’ABEILLE. » Source : http://www.propolis.fr/description.htm

Pétitions pour que les abeilles ne disparaissent pas :

http://www.sauvonslesabeilles.com

Le buzzzzzzzzzzzzzzzz :

http://www.taha.fr/blog/index.php?2008/07/07/772-les-abeilles-meurent-les-sols-aussi#co

http://wernerb.free.fr/?p=312

http://heresie.hautetfort.com/archive/2008/07/07/les-abeilles-font-bzzz-buzzz-aux-parlementaires.html#comments

  P.S : Je ne sais pas si vous avez remarqué mais on voit de moins en moins de papillons …Chez nous c’est lié au traitement intensif des pins contre les chenilles processionnaires… ça élimine ces bestioles peu sympa, mais pas qu’elles ! Mais chutttttttttttttt !

Où suis-je ?

Catégorie Ecologie, respect de la planète sur Chez Louise.