Élisabeth Badinter, les prostituées et les caissières de supermarché

7 décembre 2011 § 5 Commentaires

Hier soir, probablement en manque d’activité, puisqu’ils sont totalement dépourvus de pouvoirs pour régler les problèmes auxquels les citoyens français sont confrontés, nos vaillants députés, de droite comme de gauche, ont voté à l’Assemblée Nationale, une résolution réaffirmant « la position abolitionniste » de la France en matière de prostitution.

Outre le fait qu’une telle résolution de principe est très loin de résoudre les problèmes que rencontrent les prostituées en matière de santé, de sécurité, de conditions de travail, il m’a semblé que les justifications données par certains de nos députés fleuraient bon la « morale a 10 sous » si cher à notre bonne vieille bourgeoisie française, pétrie d’une volonté d’imposer au petit peuple une morale qu’elle est bien en peine de mettre elle-même en pratique.

Parmi ces propos qui se voulaient vertueux, j’attribuerais le palmarès de l’hypocrisie à Élisabeth Badinter qui, de façon pour le moins maladroite, a tenté de justifier son positionnement pour l’abolition et la pénalisation de la prostitution.

« Si une femme souhaite gagner en trois jours ce que d’autres gagnent en un mois à la caisse d’un supermarché, c’est son droit », a-t-elle dit mettant comme « seule condition, mais elle est essentielle » que la femme « ne soit pas contrainte« .

C’est particulièrement la première partie de sa phrase qui m’a énormément interpelée car, par son côté démagogique, elle montre que celle qui la prononce n’est pas choquée par la prostitution elle-même mais par ce qu’elle rapporte à la prostituée.

Pensez donc quelle honte de gagner en trois jours ce qu’une caissière gagne en un mois à la caisse d’un supermarché !

Scandaleux cette argent facile, non?

Diantre ! Madame Badinter est choquée que quelqu’un puisse gagner en une journée ce qu’une caissière gagne en un mois de travail ?

Il ne me semble pas pourtant que Madame Badinter ait exprimée son indignation devant l’augmentation de 16,7 % des dividendes  que lui a rapportés sa situation de principale actionnaire avec 10 47 % de la société Publicis , pour l’exercice de l’année 2010.

La même année, la caissière « de référence » a tout au plus vu son salaire augmenter seulement de 0,01 %…. Quand ce n’est pas une diminution de son salaire qui lui a été imposée justement parce que des actionnaires, comme Madame Badinter, désirait que leurs dividendes augmentent.

Et l’hypocrisie va encore plus loin car Madame Badinter, sans apparemment dénier le droit de la prostituée, mais tout en étant choqué que ça lui rapporte autant, se réfugie derrière l’éternelle fausse compassion en ajoutant que la prostituée a le droit de se prostituer du moment qu’elle n’est pas contrainte de le faire… Ouf! les prostituées sont soulagées Elisabeth Badinter les protèges!

Remarquez, Élisabeth Badinter, en ce qui concerne la situation des femmes souffre toujours, comme le souligne Arrêt sur Images , d’un angle mort  chaque fois qu’il s’agit de Publicis dont elle préside le conseil de surveillance :

« Ce double statut a toujours généré, dans la production philosophique badinterienne, un point aveugle : la violence de l’injonction publicitaire faite aux femmes. »

Mais elle n’est pas la seule à ne pas  vouloir tout voir:

Ce que n’ont pas vu Madame Badinter et ses amis soucieux de remettre un peu de Morale à l’ordre du jour, c’est que leur position de principe qu’ils entendent transformer en loi, va probablement avoir des effets dramatiques, tant financiers que sociaux ou psychologiques, pour bon nombre de personnes.

Mais de cela, nos “bien heureux nantis”, assistés tout au long de leur carrière politique par les finances publiques, ne sauraient se préoccuper !

Alors certes, qu’on fasse des lois pour protéger les prostituées, notamment celles qui font l’objet d’une exploitation sordide et violente, que le Parlement donne à l’administration de l’État les moyens de lutter contre le proxénétisme, tout cela me semble normal au même titre que les règlementations concernant les conditions de travail que n’importe quel travailleur.

Mais il ne me semble pas que la position de principe que les députés ont présenté ce soir entrait dans ce cadre-là. Elle a une connotation morale qui outrepasse largement le rôle et la mission de nos représentants. Et en matière de Morale, Madame Badinter, comme tous ses collègues et amis actionnaires, n’a aucune leçon à donner à qui que ce soit.

Sources : Libération ; Publicis ; les Échos ; Arrêt sur image ; Rue89, Intox2007

Publicité

Tagué :, , ,

§ 5 réponses à Élisabeth Badinter, les prostituées et les caissières de supermarché

  • Didier GARGUILO dit :

    Je me demande si vous n’avez pas mal interprété les paroles d’Elisabeth Badinter? A ce que j’ai lu, elle a l’air d’être, au contraire, opposée à cette idée d’abolitionnisme : http://www.lexpress.fr/actualite/societe/prostitution-il-y-aura-toujours-des-clients_981603.html

    • Chez Louise dit :

      Peu importe qu’elle soit pour ou contre. Ce qui m’a frappée c’est qu’elle souligne le fait de gagner en 3 jours ce qu’une caissière gagne en 1 mois de travail. Elle qui grace aux dividendes de publicis gagne facilement de l’argent sans travailler….

  • Didier Garguilo dit :

    Il me parait tout de même dommage de reprocher à E.Badinter son soutien à la résolution abolitionniste de l’Assemblée Nationale alors même qu’elle s’y oppose farouchement . Admettons que cette phrase, retirée de son contexte, semble maladroite. Pour autant, c’est tout de même elle qui a écrit : http://www.ledevoir.com/non-classe/6313/rendons-la-parole-aux-prostituees

  • Chez Louise dit :

    Relisez bien! Je ne lui reproche rien et surtout pas un éventuel soutien! Je lui reproche, elle qui tire une partie confortable de ses revenus des dividendes que lui verse Publicis GRACE AU TRAVAIL DES AUTRES et non de son travail, de comparer le temps de travail qu’il faut à une prostituée pour gagner le même salaire qu’une caissière! Pourquoi ne compare-t-elle pas le ratio temps de travail/gains financiers de la prostituée avec le sien? Craint-elle qu’on voit que l’argent que lui procure Publicis, elle ne le gagne pas par le travail?

    • Didier Garguilo dit :

      Bien sûr que si, vous l’accusez d’hypocrisie et de vouloir « justifier son positionnement pour l’abolition et la pénalisation de la prostitution. » Alors que précisément elle est depuis toujours, très fermement, CONTRE l’abolition et CONTRE la pénalisation… permettez alors qu’apprenant un tel revirement, je m’étonne, et que je réclame des précisions sur vos sources.
      Vous l’accusez également d’être « choquée que quelqu’un puisse gagner en une journée ce qu’une caissière gagne en un mois de travail » alors qu’elle n’a jamais dit que c’était choquant. Elle dit juste que si c’était le cas, ce serait son droit.
      De plus vous citez une phrase hors contexte et j’aurais beaucoup aimé lire la déclaration entière de l’intéressée pour pouvoir me faire un avis. Faute de quoi, j’en déduis qu’il s’agit d’une phrase repiquée dans sa lettre de 2002 (dont je donne le lien dans mon message précédent), et déformée puisque l’originale dit précisément : « Alors si une femme préfère gagner en deux nuits ce qu’elle ne gagnerait pas en un mois à l’usine, qui peut décider à sa place de l’utilisation de son corps? »
      Ses propres revenus, je ne les connais pas, vous avez l’air mieux renseignée que moi, mais j’ai quand même du mal à comprendre en quoi cela lui retirerait la légitimité d’avoir un avis sur la question du droit des femmes (et des hommes) à disposer de leur corps…

      Cordialement,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement Élisabeth Badinter, les prostituées et les caissières de supermarché à Chez Louise.

Méta

%d blogueurs aiment cette page :