Je sais où est passée Ségolène Royal!

31 mars 2011 § 1 commentaire

Certains médias commencent à se désintéresser du produit markéting Marine Le Pen, et faute de pouvoir encenser DSK ou Martine Aubry (car cela montrerait trop crument vers qui va leur préférence) , font mine de s’inquiéter, comme le fait l’Express  , de la discrétion médiatique de Ségolène Royal.

Ce faisant, ils oublient totalement il ne tient qu’à eux, en tant que média, le relais d’information, de parler de la campagne de terrain de Ségolène Royal est en train de mener… À moins qu’ils admettent implicitement qu’ils sont aux ordres des hommes et femmes politiques et que lorsqu’ils publient un article c’est pour répondre à une commande.
Et en titrant : « où est passée Ségolène Royal ? », certains médias semblent laisser entendre que la candidate déclarée à l’élection présidentielle de 2012 n’est plus en campagne, alors que c’est eux même qui ne font pas leur travail. Peut-être est-ce que cela est lié, comme le souligne le sociologue Dominique Wolton, au fait que d’innombrables sondages parus dans les médias soit n’inclus pas Ségolène Royal dans la possibilité de choix proposé aux personnes sondées, soit la déclarent hors course . Une hypothèse qui renforce fortement la décrédibilisation des principaux médias dans l’opinion publique. Car se faire dicter son actualité par des organismes de sondages lorsqu’on a la prétention d’être un média important et indépendant, ça n’est tout de même pas très honorable…

Mais un autre aspect de ce type de questions sur l’actualité de Ségolène Royal, est aussi significatif de cette mentalité qui règne actuellement, non seulement dans les médias mais également dans les entreprises : la prédominance du « se montrer » sur le « travailler », du « paraitre » sur « l’être ».

En effet, un des tristes constats que l’on peut faire actuellement dans le monde de l’entreprise, notamment chez les cadres, c’est qu’il est plus important d’afficher une présence forte lors des réunions que d’afficher des résultats satisfaisants en ce qui concerne son travail de manager d’équipe. Certes, en matière de projets de carrière personnelle, assister à une multitude de réunions au cours desquelles on pourra faire des ronds de jambes et ainsi courtiser le patron, est nettement plus productif pour une carrière que de savoir mobiliser, motiver et s’occuper des problèmes quotidiens des membres d’une équipe de productions.

Et il en va de même pour nos hommes et femmes politiques qui, reconnaissons-le une bonne fois pour toutes, sont nettement plus préoccupés, pour la plupart, par leur carrière au sein des appareils politiques, par leurs élections, que par les problèmes quotidiens de leurs concitoyens.

Alors, non, Ségolène Royal n’a rien abandonné, elle fait vraiment de la politique de terrain, elle maintient le cap qu’elle a fixé:

  • en ne se prêtant plus aux querelles internes du parti socialiste. Querelles qui, reconnaissons-le, démontre parfaitement à quel point ce parti est totalement déconnecté de la réalité des citoyens, à quel point il est engoncé dans une stratégie de communication électorale uniquement étayée par des petits calculs sordides et claniques.
  • en se tournant vers les Français grâce à des déplacements en province qui lui permette de rencontrer et d’écouter ses concitoyens. Comportement qui a pour immense avantage de permettre à la candidate Ségolène Royal d’avoir une connaissance des besoins des Français n’ont filtrée par des organismes de sondages dont on ignore les commanditaires, les méthodes, et les motivations finales…
  • en travaillant les dossiers sur le fond, notamment en s’investissant dans les universités d’été, que ce soit celle sur la « Crise de l’Euro » , celle sur la valeur travail ou sur la justice, au cours desquelles des intervenants tous plus brillants les uns que les autres permettent de faire évoluer les connaissances adhérents sur des domaines aussi variés que la crise de l’euro  , la valeur travail  , où la Justice .

Et donc, Ségolène Royal, dans une déclaration faite mardi , résume très bien la condition primordiale d’une victoire de la gauche à l’élection présidentielle et à l’élection législative de 2012 :

« L’heure n’est pas à lancer des pétitions ou des vraies fausses candidatures, je pense que l’heure est au travail (pour) incarner une alternance ».

Il est donc parfaitement inutile que les grands médias s’attendent à ce qu’elle entre dans le petit jeu des croche-patte auquel se livrent certains irresponsable de gauche, et notamment du parti socialiste. Elle l’a réaffirmé mardi :

« J’ai dit ce que j’avais à dire et je redirai le moment venu le sens de (ma) candidature, au moment du dépôt officiel des candidatures à l’investiture socialiste pour la présidentielle”.

Voilà, Mesdames et Messieurs des médias, cessez donc de vous poser des questions sans intérêt pour vos lecteurs, de vous perdre en conjectures. Ségolène Royal est sur le terrain, là où devrait être tout homme ou femme politique digne de ce nom, et non en train de faire du lobbying médiatique.

Je conçois que cela puisse être frustrant pour certains journalistes qui ont la prétention de faire et défaire les hommes et femmes politiques, pour ceux qui entendent bien jouer de leur pouvoir d’information pour créer un lien de subordination avec quelques carriéristes politiques ont tout simplement pour améliorer leur vente de journaux, mais il semble bien que Ségolène Royal ait décidée de se passer de vos services et de vous ramener au rôle qui est le vôtre : celui d’informer et non d’interpréter l’information ou de manipuler l’opinion.

Sources : l’Express ; Dailymotion ; le JDD ; Wat Tv

Publicités

Primaires socialistes: Signer une déclaration «d’adhésion aux valeurs de la gauche», oui, mais lesquelles?

30 mars 2011 § Poster un commentaire

Signer une déclaration «d’adhésion aux valeurs de la gauche» telle est une des conditions pour pouvoir voter lors des primaires socialistes .

Personnellement je veux bien me soumettre à cette condition, comme à celle de payer un euro ou d’être inscrite sur les listes électorales, mais je voudrais que ces valeurs soient inscrites en toute lettre sur le document que je signerait.

Car en matière de valeur, il me semble que d’un parti constitutif de la gauche française à l’autre,  les valeurs sont très fluctuantes et que si on emploi les mêmes mots, on ne leur donne pas toujours le même sens. Alors, avant de mettre mon bulletin dans l’urne, j’aimerais que ceux qui sollicitent ma voix définissent quelques concepts, et en priorité ce qu’ils mettent derrière le mot gauche!

Est-ce que la gauche inclut le PC et le NPA ou les exclut comme le PS et EELV l’ont fait pour lors des dernières élections cantonales ?

Et ces fameuses valeurs de gauche, auxquelles je suis sensée adhérer, incluent-elles le respect de la volonté des électeurs ou pas ? Autorisent-elles la mesquinerie d’un « qui va garder les enfants » comme se fut dit en 2007?

Est-ce que le procès d’intention fait parti des valeurs de la gauche, comme se fut le cas récemment pour A.Montebourg et l’affaire Guerini – Celui qui a réussi à faire de Martine Aubry la reine du PS –  ou est-ce qu’il en est fermement exclu?

Est-ce qu’adhérer aux valeurs de gauche inclut de faire des courbettes approfondies et durables, et de collaborer activement à la coalition  banques /MEDEF/ FMI /OCDE ?

Est- ce que partager des valeurs de gauche cela consiste à soutenir fermement toute action visant à défendre la laïcité ou à se dédire,  lorsque l’UMP fait les gros yeux parce qu’un des signataires d’une pétition lui déplait?

Enfin est-ce que les valeurs de gauche sont bien « liberté, égalité, fraternité », et non leur version pervertie droite que sont le libéralisme, l’égalitarisme, la charité ou l’assistanat?

Tout ceci DOIT être précisé clairement et sans ambigüité au lieu de lancer des appels Appel à mobilisation à gauche  ou de se gargariser des dites valeurs sans jamais les définir.

Parce que créer une dynamique c’est bien  , mais créer une dynamique sur des mots trompeurs, c’est casse gueule, la meilleur preuve en est ce qui arrive à l’UMP et à son icône actuellement  !

Sources: Le Figaro; L’Express; La Dépêche; Rue89; Intox2007; Le Canard Républicain; LCi; Le Point; Valeurs de Gauche

Et voici Dominique "Mégagaffe"!

15 mars 2011 § 1 commentaire

On connaissait DSK  dans « Le Messie » , DSK dans « appelez moi Désiré » , on connait désormais DSK dans « Mégagaffe »!

Si en France le  documentaire sur Dominique Strauss-Kahn diffusé dimanche sur ­Canal + a relancé les spéculations hasardeuses  et parfois d’excellentes analyses sur le “buzz du vide” qui a précédé la diffusion du documentaire , en Grèce il a provoqué une véritable colère de l’opinion publique grecque.

Colère provoquée par la séquence dans laquelle on voit le directeur général du FMI jouant la compréhension face aux invectives des manifestants grecs à Athènes, puis quelques instants après affirmant : «La réalité, c’est que ces gens-là, ils sont dans la merde. Et gravement… Mais, eux-mêmes, ils ont un peu bricolé, ils n’ont pas payé d’impôts, c’est un peu le sport national ici : ça truande un maximum…»  .

Inutile de vous préciser que dans un pays qui n’avait déjà pas apprécié en décembre le cynisme de DSK , qui se sent  humilié  par l’ingérence répétée du FMI dans ses affaires intérieures, ce  » ça truande un maximum…» a été très mal perçu par tous les grecques unanimement.

Depuis dimanche, les extraits du documentaire de Canal+ sont diffusées en  boucle sur les télévisions grecques.Les réactions , parfois violentes des éditorialistes et politiciens se multiplient dans la presse écrite, les journaux télévisés, les émissions politiques. Dans le quotidien Ta Nea , le directeur de rédaction se montre un des moins critiques envers DSK «Venant d’un socialiste, qui en plus, veut être président de la République française, c’est trop ! Il dénigre les sacrifices du peuple grec face à la sévérité du plan de rigueur imposé par le FMI « .

Après avoir promis en début d’année 2010 que le peuple grec n’avait rien à craindre du FMI  et avoir prouvé par la suite qu’il avait en réalité tout à en craindre, DSK vient de démontrer  le mépris qu’il ressent pour ceux là même qu’il entend plier à sa doctrine prétendument social-démocrate . Il nous prouve également que sur le plan humain et sur celui des relations internationales, il ne vaut pas grand chose!

Et c’est cet homme qui, dans le domaine international et dans le domaine Social, ne vaut pas mieux que Nicolas Sarkozy, cet homme qui est aussi matois qu’une Marine Le Pen, qu’un groupe de “fans intoxiqués à la com médiatique” voudrait mettre au sommet de l’Etat Français?

Allez rien que pour rafraichir la mémoire de ceux qui pensent qu’une propagande, habilement relayée par des médias amis, peut faire, deux fois de suite, élire un candidat qui méprise les citoyens et ne conçoit les sacrifices que de leur côté, juste une petite vidéo  pour lutter contre leurs perte de sens commun!

Crédit: Dailymotion

Sources: Libération; Canal+ ; DavidM; Socio13; Le Point; Le Figaro; L’Express

Camarades “DSKistes”, je vous demande de vous arrêter !

12 mars 2011 § 2 Commentaires

Il est des moments dans la vie, et surtout dans la vie politique, où il faut savoir s’arrêter. De toute évidence les hommes et femmes politiques qui soutiennent Dominique Strauss-Kahn ont oublié ce principe. Ils le démontrent une fois de plus ces derniers jours en tentant désespérément de discréditer le processus des élections primaires qui permettront de désigner le candidat socialiste à l’élection présidentielle de 2012.
Ce faisant, alors que la primaire socialiste doit avoir lieu entre le 9 et le 16 octobre prochain , alors que le Parti Socialiste pourrait communiquer largement sur la plate-forme de programme socialiste qui a quasiment fini de construire , les opposants à la primaire socialiste ne font que nuire au rassemblement de la gauche autour de cette plate-forme de programme électoral.

Car oui, il s’agit véritablement d’une nuisance, d’une dégradation, intentionnelle ou pas, de la dynamique de rassemblement dont la gauche a absolument besoin pour pouvoir, en 2012, reconquérir le pouvoir en France et, espérons-le, donner aux plus démunis d’entre nous une chance de voir leur avenir et celui de leurs enfants plus souriant qu’il ne l’est depuis 10 ans .
Une dégradation car cette remise en question nombriliste, mesquine, qui renie une décision collective, simplement parce que le héros de ces « messieurs et dames » n’a pas le courage de prendre une décision, impact négativement le corps électoral.

Et que dire, que penser de ceux qui, à court d’arguments, mettent en avant la menace que pourraient représenter les primaires pour les partenaires du PS . Les mêmes partenaires qui, dès l’annonce de possibles primaires, devant l’arrogance de socialistes qui prétendaient tout diriger, ont annoncé qu’ils ne participeraient en aucun cas à ces primaires!

Il ne faut pas être grand clerc pour comprendre que, lancés dans une mauvaise campagne markéting pour vendre leur « produit DSK », ces soutiens « hystérisés » sont en train de nuire gravement au Parti Socialiste et à un éventuel rassemblement de toute la Gauche. Manifestement d’aucuns ont l’air de souhaiter que le rassemblement ne se fasse qu’entre leur « clan » au sein du Parti Socialiste et Europe écologie – les Verts , excluant ainsi bon nombre de partis de gauche et pensant probablement que les électeurs de ces partis se soumettront aux diktats du vote utile.

À mon humble avis, tout ce petit monde se trompe énormément en pensant qu’il va pouvoir se « répartir le gâteau entre gens du même monde » qui se seront cooptés loin des regards indiscrets des électeurs.

  • Il n’est qu’à lire, dans les médias en ligne, les commentaires qui suivent les déclarations de ceux qui soutiennent DSK pour comprendre que les électeurs, en entendant cela, pensent que les socialistes sont des « faux culs ».
  • Il n’est qu’à lire les commentaires pour comprendre que pour bon nombre d’électeurs et de sympathisants de gauche, ces socialistes la déçoivent la population. Car les électeurs attendent des socialistes avant tout un programme qui réponde à leurs préoccupations  et non pas un leader. La problématique du leader n’est pas celle des électeurs. Elle est celle d’apparatchik.
  • Il n’est qu’à lire les commentaires pour comprendre que quand on qualifie les primaires socialistes de «fausse bonne idée»  on ne fait qu’accroître l’impression que ce socialisme la est très éloignée des attentes du peuple et entend bien annexer ses pouvoirs. De même que prétendre qu’ une dizaine de « candidats potentiels pourrait nuire à l’alternative »  est un argument  totalement fallacieux, antidémocratique, contraire aux principes de pluralisme et de représentativité de la volonté du peuple.
  • Enfin, il n’est qu’à lire les commentaires pour constater que les électeurs ne sont pas dupes et comprennent que ce qui affole  les soutiens de DSK, ça n’est pas tant le calendrier, mais le fait que pour gagner les élections, y compris la primaire socialiste, il va falloir présenter un programme, défendre des propositions bien trop à gauche pour un candidat qui a présidé le fonds monétaire international.

Bon nombre de commentateurs interprètent les hésitations de Dominique Strauss-Kahn et l’entêtement de ses soutiens à vouloir supprimer les primaires comme un manque de combattivité qui est perçue négativement. En effet, alors que le pays doit faire face, pour de nombreuses années encore, à une grave crise sociale, alors qu’il doit retrouver une Démocratie apaisée dans laquelle le peuple retrouve ses pouvoirs initiaux, alors qu’il doit affronter des changements considérables qui nécessitent courage et ténacité, comment pourrait-on faire confiance à quelqu’un qui n’a pas la franchise de se déclarer candidat et à des soutiens qui veulent s’émanciper de la légitimité électorale ? Comment faire confiance à des gens renâclent devant le premier obstacle qui se présente?

A cela, les soutiens de DSK ne savent et ne peuvent pas répondre.

Et probablement par dépit, ou parce qu’ils sont bien trop éloignés des électeurs, bien trop centré sur leurs petites stratégies de clan, bien trop imbus de leurs personnes pour tout simplement faire l’effort d’imaginer ce que les électeurs peuvent ressentir en les entendant , les soutiens de DSK cassent tout. Et je crains fort qu’ils soient déjà trop éloignés des valeurs socialistes pour prendre conscience qu’en agissant ainsi, ils ont, comme ils le firent en 2007, remis en marche la machine à perdre . De cela, j’espère que les électeurs vont se souvenir, non seulement au moment de l’élection présidentielle de 2012 – si les manouvres des DSKistes venaient à aboutir à la candidature unique de DSK sans passer par des primaires – mais surtout lors des élections législatives de 2012, pour ne pas réélire ces pseudo socialistes, puisque la plupart d’entre eux tirent le confort financier de leur petite vie de politiciens du cumul de mandats d’élus locaux et de parlementaires.  Car avec leurs prises de parole tonitruantes, les soutiens de Dominique Strauss-Kahn ont manifestement besoin que les électeurs leur rappellent qu’en Démocratie et en République la légitimité ne s’obtient que par le vote majoritaire du corps électoral en faveur d’un candidat et non, comme dans les oligarchies qu’ils illustrent très bien, par cooptation d’un clan.

Je pense que désormais, il faut qu’au Parti Socialiste, des voix s’élèvent pour signifier fermement aux aficionados de Dominique Strauss-Kahn que, comme l’a fait Jean-Marc Ayrault ,  il ne faut pas « remettre en cause » le processus de désignation du candidat socialiste à l’élection présidentielle.
N’en déplaise à ceux qui ont peur de perdre ces primaires, comme l’a indiqué la Première secrétaire du PS  » les primaires seront un formidable outil de mobilisation des Français, non seulement pour gagner mais aussi pour nous aider à changer la France”.

Alors Messieurs et Mesdames qui soutenez Dominique Strauss-Kahn , je vous demande d’arrêter la machine à perdre que vous entretenez en remettant sans cesse en cause des décisions prises démocratiquement et je vous enjoint à garder votre sang-froid, car de toute évidence (sauf pour vous), le plus grand nombre des Français n’a certes pas besoin en ces temps difficiles d’hystériques idolâtres en plein délire markéting.

Sources : Le Monde ; le Figaro ; l’Express ; Pensez Bibi ; le Journal de Saône-et-Loire ;Le Parisien; Le JDD;Intox2007; Claude Bartolone ; Nice-Matin ; Public Sénat ; A perdre la raison ; Graoum ; le Point ; Parti Socialiste

Cantonales: "La France à peur"!

11 mars 2011 § Poster un commentaire

Enfin quand je dis « la France à peur », c’est surtout les candidats de droite qui ont peur…d’afficher leur appartenance à la majorité présidentielle- voire à la droite en général- et leur soutien ( passé?) à Nicolas Sarkozy!

De quoi ont- ils peur?

Mais tout simplement de ne pas être élus si les électeurs se rendent compte que le candidats souriant et amène qui leur promet monts et merveilles ne fasse , une fois élu, comme Nicolas Sarkozy… A savoir, des promesses qu’il n’a aucune intentions de tenir.

Alors, pendant cette campagne électorale des cantonales, certains n’hésitent pas à avancer masqués et ne se présentent pas sous l’étiquette du parti majoritaire aux élections cantonales. D’autres, comme le Front National, produisent des photomontages faisant croire que des musulmans prient dans des endroits ou ils n’ont manifestement jamais prié  en produisant des photos, publiées sur le site de l’agence Nations Presse.  Cette agence , fondé par Jacques Vassieux et Louis Aliot (vice-président du Front national et récent copropriétaire avec Marine Le Pen d’une maison à Millas, dans les  Pyrénées-Orientales ) qui soutient Marine Le Pen, prétend « diffuser des informations précises, recoupées, aux sources mentionnées et en parfait accord avec l’esprit du Front national« .

Bref cachoteries et trucages sont au menu électoral de la Droite Française…

Le Parisien dénombre que « sur quelque 2 000 cantons renouvelables, «1 000 candidats de droite aux élections cantonales ont oublié de mettre leur sigle UMP sur leur affiche électorale ».

Mais le Parti Socialiste et le Parti Communiste veillent au grain.

Le Parti Socialiste établit , avec l’aide des citoyens français qui le veulent, le palmarès des trucs et astuces pour cacher son appartenance à l’UMP.
A vous donc d’alimenter le site dédié des « trucs et astuces » que le candidat de la majorité présidentiel de voter canton a trouvé pour masquer son appartenance à l’UMP.
Le Parti communiste, lui, nous demande de venir en aide à ces candidats sans identité politique et de les aider « à retrouver le chemin de leur identité”. Pour ce faire, les internautes peuvent imprimer des étiquettes «certifié UMP», «100% UMP» ou «Appellation d’origine contrôlée UMP», à coller ensuite sur les dites affiches.

Alors, mis à part l’affiche du FN qui fait l’objet d’un transmission  au procureur de la République, pour incitation à la haine raciale, les cachoteries  telles que ne pas annoncer sur les affiches de campagne  le nom du parti politique qui vous finance, ou  utiliser des subterfuges pour que vous ne vous posiez pas la question, sont totalement légal. Le code électoral fixe les dimensions des affiches mais il n’oblige pas les candidats à porter quelque mention que ce soit sur les affiches . Mais vous reconnaitrez que , entre les candidats Centristes ou UMP qui ne portent pas sur leurs affiches l’étiquette de leur parti politique et les candidats du Front National qui truquent les photos pour essayer d’apporter des preuves de leurs propos, la droite nous signifie clairement qu’elle a peur!

La droite nous montre également qu’elle n’hésite devant aucun procédé pour obtenir notre vote et surtout, dans le cas du FN, les subventions publiques .

Financement que les candidats centristes ou UMP se doivent d’obtenir pour » payer leur dime » au parti auquel ils ont fait totale allégeance, en contrepartie d’une “carrière pépère”, bien rémunérée, qui peut, allez savoir, les mener à un poste de sénateur!

Financement dont la FN a grand besoin pour éponger les dettes colossales que , malgré son micro parti , le Cotelec ,  Jean-Marie Le Pen a laissé au FN ! Financement dont Marine Le Pen a grand besoin pour pouvoir payer les 200.000 euros qu’elle doit à l’URSSAF . Une dette qui laisse à  penser que, contrairement à ce que Marine Le Pen ne cesse d’affirmer,  il n’y a pas que les immigrés qui  participent  «de la déstabilisation massive de notre système de protection sociale « .

Et donc , comme lorsque vous allez faire vos courses, je ne saurais trop vous conseiller de bien vérifier l’étiquette du « produit cantonale » qu’on veut vous faire payer, car comme le souligne François Hollande  ils serait bon que ces produits  » sans étiquette » soient  immédiatement détruits… A moins que vous n’acceptiez que votre vote n’ait d’autre utilité que de payer les dettes du Front national ou de permettre à des politiciens inconnus de faire carrière à vos frais…

Sources: L’Express; Millas Blog; Le Parisien ; Parti Socialiste; Parti Communiste Français; Politique.net; Bakchich; Le Point; BFMTV;

La Peste noire est de retour!

6 mars 2011 § 4 Commentaires

Le « Landerneau politique » des médias et celui d’Internet, a été secoué samedi par l’annonce d’un sondage effectué par l’institut Harris Interactive pour «le Parisien» -«Aujourd’hui en France».

Dans ce sondage, dont on ne connaît pas encore les détails méthodologiques et les questions posées, Marine Le Pen arriverait en tête des intentions de vote au premier tour de la présidentielle 2012, avec 23% des votes. Elle devancerait Nicolas Sarkozy et Martine Aubry, crédités tous deux de 21%. On peut être tenté de se rassurer en constatant que 77% des sondés ne la choisiraient pas. Mais mon propos n’est pas d’analyser la méthodologie de sondage ni de l’interpréter. Je reviendrai sur le sujet des sondages, plus longuement, d’ici quelques temps.

Ce qui me surprend dans les réactions que j’ai pu lire venant de commentateurs politiques, de personnalités politiques, de militants ou d’électeurs de gauche, c’est qu’ils semblent découvrir tout à coup, à l’occasion de ce sondage, la montée en puissance de Marine Le Pen et des idées qu’elle véhicule depuis qu’elle mène campagne au nom du Front National. Personnellement tout ceci ne m’étonne pas. Cela fait plus de 10 ans que j’observe, consternée, la montée de l’adhésion de mes compatriotes, de toutes classes sociales confondues, aux idées simples, voire même simplistes, énoncées par les icônes du Front National. Et depuis le temps que j’observe également le discours  et l’action politique de l’UMP, des Centristes, et de certains leaders socialistes, le résultat de ce sondage s’explique parfaitement.

D’abord par le comportement du personnel politique de ces trois tendances de l’échiquier. Il n’est qu’à écouter leurs réactions, aujourd’hui même, pour comprendre qu’au lieu de s’intéresser à la manière de soigner les maux dont souffrent les Français, ils s’accusent mutuellement d’en être la cause, parfois même sans avoir établi au préalable un « diagnostic du mal ». Ainsi, aujourd’hui, à droite comme à gauche, on considère Marine Le Pen comme une maladie propagée, au choix, par les socialistes et à leur laxisme vis-à-vis de l’immigration, ou par la stratégie de la peur que Nicolas Sarkozy a favorisée, provoquant ainsi la montée en puissance du Front National. En entendant cela, je pense à ce docteur Diafoirus qui, dans la pièce de Molière « le malade imaginaire « , masque son incompétence avec un discours en latin que personne ne peut comprendre.

Incompétence, car notre personnel politique confond la cause et l’effet, le symptôme et la maladie. Métaphoriquement, Marine Le Pen n’est que le symptôme final, le bubon , d’une Peste qui ronge la France depuis plus de 30 ans. Pour continuer la métaphore, comme tout « bubon » , Marine Le Pen et sa « doctrine » frontiste représentent l’hypertrophie excessivement développée d’une partie du corps social français qui réagit à la succession de « piqûres inflammatoires » que lui inflige le personnel politique. Toujours métaphoriquement, elle est le point de convergences « d »humeurs malignes » empoisonnées par un virus malsain.

Une Peste que nos « élites » intellectuelles et politiques propagent allègrement:

  • En montrant ouvertement leur dégoût profond pour la France, pour les ouvriers et les salariés les moins aisés, pour ses institutions, pour son Service Public.
  • En ne cachant plus leur mépris pour le débat contradictoire, pour les principes démocratiques, pour les plus faibles d’entre nous que, très souvent, ils considèrent comme incapable de penser, de réfléchir, d’espérer autre chose que la soupe insipide et révoltante que condescendent à leurs proposer des appareils politiques.

Une Peste qui contamine le pays tout entier;

Lire la suite

Laurent Wauquiez, DSK, l’argent et le terroir.

5 mars 2011 § 3 Commentaires

Lors de la visite de Nicolas Sarkozy au Puy-en-Velay, cette semaine, Laurent Wauquiez, qui cumule la fonction de maire de cette ville et de ministre des affaires européennes, interrogé sur ce qui différencie le directeur du FMI et le chef de l’État, a répondu :

« Ce n’est pas la même approche, Dominique Strauss-Kahn est à Washington, il a sûrement une très belle maison qui donne sur le (fleuve) Potomac. Ce n’est pas la Haute-Loire, ce n’est pas ces racines-là ».

Puis il a cru bon de préciser :

« Dominique Strauss-Kahn est quelqu’un qui a perdu le contact avec ça, qui n’a pas du tout cette même osmose avec cette France des territoires… « 

Laurent Wauquiez a cru qu’il était  probablement judicieux de faire oublier, en critiquant la mondialisation dont Dominique Strauss-Kahn serait le porte-parole, que c’est le gouvernement auquel il collabore qui met en place en France, la logique ultralibérale qui est le “bras destructeur” de cette mondialisation… avec les effets désastreux que l’on connaît sur le Travail, la Santé, l’Education de millions de français, jeunes et vieux !

Mais au-delà de cette manœuvre d’enfumage, qui est la caractéristique principale de l’UMP depuis le début des années 2000, il est assez surprenant d’entendre Laurent Wauquiez stigmatiser « la très belle maison sur le Potomac » de Dominique Strauss-Kahn, et de l’entendre parler, et défendre, l’appartenance au terroir de la Haute-Loire en sous-entendant que lui, Laurent Wauquiez, est en osmose avec ce terroir.

Une simple recherche sur les sites généalogiques et sur les fiches professionnelles de Laurent Wauquiez montre parfaitement qu’il n’a aucune racine historique en Haute-Loire et que son patronyme n’a absolument rien à voir avec le terroir français.

En effet, ce patronyme est majoritairement porté dans le département du Nord, en France, mais ses racines « walah » (= étranger) et « hari » (= armée), sont indubitablement d’origine germanique, et correspondent à de nombreux patronyme de famille installée de l’ouest de l’Allemagne à l’extrême pointe de la Russie.  Les racines de la famille de Wauquiez sont donc très éloigné du territoire de la Haute-Loire et de la ville du Puy-en-Velay.

Qui plus est, Laurent Wauquiez, né à Lyon, est issu d’une famille d’industriels de la région de Tourcoing.  Je doute fort qu’il soit le mieux placé pour illustrer la dimension culturelle du terroir du département de Haute-Loire, situé au centre de la France. Son origine sociale, identique à celle de Dominique Strauss-Kahn, ne le rend pas plus « apte » à une osmose avec la « France des territoires ». Elle le rend tout au plus apte à défendre les intérêts de sa caste de grands bourgeois.

Qu’un normalien, qui plus est sorti major de l’agrégation d’histoire , se permettent une telle mystification en parlant de “racines” et de” France des territoires” pose question. Cependant, on ne peut attendre mieux d’un politicien qui fut imposé en Haute-Loire , par Jacques Barrot ( condamné pour financement illégal de son parti, mais amnistié grâce à une loi votée par ses amis de la majorité présidentielle),  puis repéré par Jérôme Monod ( mis en cause dans l’affaire Carignon ) .

Quant à prétendre que Dominique Strauss-Kahn ne serait pas en osmose avec la France et les Français, uniquement parce qu’ils côtoient la haute finance mondiale, c’est, de la part de celui qui n’hésite pas à se rendre à Londres, pour alimenter son micro parti à coups de subsides récoltés auprès de très riches hommes d’affaires, lors d’un dîner débat , voire la paille dans l’œil de son voisin mais ignorer la poutre qu’on a dans le sien. C’est également oublier les liens étroits de l’UMP avec Guy Wildenstein. Représentant (UMP) de la circonscription de Washington au sein de l’Assemblée des Français de l’étranger (AFE), et les très nombreuses réunions du « premier cercle Premium » des généreux et très riches donateurs internationaux de l’UMP!

Ainsi donc, il serait néfaste de côtoyer le monde de la haute finance quand il s’agit de DSK, mais pas quand il s’agit de l’UMP, le parti politique qui a permis à Laurent Wauquiez, entre autres, d’être élu dans une ville à laquelle il est totalement étranger, de par ses origines, et de cumuler allègrement les fonctions.

Ainsi donc, côtoyer les riches financiers et hommes d’affaires mondiaux serait une preuve de manque de racines « françaises » quand il s’agit de DSK, mais pas de Nicolas Sarkozy et Laurent Wauquiez.

Ainsi donc habiter dans une « belle maison » sur lePotomac serait preuve qu’on manque de racines françaises quand on est DSK,  mais pas quand on est le Représentant de l’UMP de la circonscription de Washington?

Décidément Laurent Wauquiez , dans le genre « décomplexé » ose tout, même le ridicule!

 

Sources: le Figaro; France2; Généanet; Le Point; L’Express; Libération;

Où suis-je ?

Vous consultez les archives de mars, 2011 à Chez Louise.