L’échec pédagogique d’Éric Woerth

14 octobre 2010 § Poster un commentaire

Force est de constater qu’Éric Woerth est meilleur trésorier de l’UMP que ministre du budget et qu’il n’est absolument pas pédagogue.

  • En 2007, grâce à Éric Woerth, Nicolas Sarkozy avait récolté plus de 9 millions d’euros de dons de personnes physiques pour financer sa campagne présidentielle!
  • En tant que Ministre du Budget, des Comptes publics, de la Fonction publique et de la Réforme de l’État son bilan se résume à un déficit public de 45 milliards d’euros en avril 2008 et de 71,9 milliards d’euros fin avril 2009.
  • En 2010 après avoir fortement insisté , dès l’ annonces du projet de loi sur la réforme des retraites,sur le fait qu’il mettrait toutes ses forces dans la pédagogie sur sa réforme, on constate aujourd’hui que 71 % des Français trouvent sa réforme injuste et que 3 millions d’entre eux sont descendus cinq fois, en un mois et demi, dans la rue pour manifester leur réprobation. C’est donc qu’ils n’ont pas compris.

On pourrait dire, de mauvaise foi , que si ces Français-là n’ont pas compris c’est qu’ils sont de parfaits idiots, qui plus est totalement manipulés par de méchants syndicalistes gauchistes et par des opposants politiques irresponsables. J’en connais qui est de puis quelques jours ont succombé à cette tentation…

Mais on pourrait aussi, si l’on est un peu plus honnête, se dire que la pédagogie utilisée par le gouvernement, et par le ministre porteur de cette réforme,est totalement inefficace. Mais alors il serait encore temps, si cette réforme est réellement juste et nécessaire pour préserver l’avenir des retraites par répartition, comme l’affirme encore François Fillon et Éric Worth, de changer de méthodes pédagogiques et d’examiner d’abord ce qui a fait que la méthode jusqu’ici adoptée n’est pas la bonne.

Revenons rapidement sur la définition de ce qu’est la pédagogie et de ce qu’elle n’est pas.

La pédagogie est l’art d’enseigner, de transmettre un savoir à fin que la compréhension d’un sujet soit améliorée pour un individu ou un groupe d’individus. Cela veut dire qu’il faut expliquer, dialoguer, écouter les questions qui vous sont posées et répondre de telle sorte que les doutes et interrogations sur le sujet disparaissent. Nous le voyons, la pédagogie est un processus de communication, en ce sens que il y a un émetteur, un récepteur est une interaction entre les deux. Cette interaction est bâtie sur l’écoute, la reformulation des questions afin de vérifier qu’on a bien compris en sens et de comprendre quel point précis, de notre message, l’interlocuteur ne comprend pas. Faire de la pédagogie c’est essentiellement partir du postulat que les personnes qu’on a en face de nous sont capables de comprendre le savoir qu’on cherche à leur transmettre si nous faisons l’effort de nous adapter à leur mode d’apprentissage du savoir et à leur niveau de connaissance. L’objectif de la pédagogie est bien d’élever la connaissance, de l’émetteur et du récepteur, sur un sujet. La pédagogie n’est certainement pas de la propagande qui, elle, consiste à répéter sans cesse les mêmes arguments, sous la même forme, en espérant convaincre. L’objectif de la propagande est d’imposer une idée.

Examinons maintenant ce qu’on fait Éric Woerth, le gouvernement et la majorité présidentielle sur le sujet de la réforme des retraites.

– Ils ont fait appel à l’émotionnel plutôt qu’à la réflexion, en affirmant qu’on fait quelque chose de difficile, qu’on fait de la pédagogie, comme il l’a encore fait récemment Éric Woerth sur RTL. au micro de Jean-Michel Apathie, mercredi 13 octobre. «Faire de la pédagogie sur les retraites, c’est toujours très compliqué»

– Ils ont maintenu le public dans l’ignorance et la bêtise en alignant les âneries du genre : « 62 ans en 2010, c’est au fond plus jeune que 60 ans en 1980 quand on regarde l’espérance de vie».

– Ils se sont adressé au public comme à des enfants en bas-âge en affichant leur détermination, en répétant sans cesse, sans le démontrer, « réformer le système des retraites parce que c’est l’intérêt général, c’est l’intérêt du pays, c’est l’intérêt des retraités, c’est l’intérêt des jeunes du pays aussi« .

– Ils ont détourné l’attention du public des problèmes importants qu’allait poser leur réforme, en matière d’emploi des jeunes, grâce à une distractions sur des aménagements insignifiants pour les femmes .

-Enfin ils ont tenté de culpabiliser les opposants à leur réforme et de minimiser leurs propositions , parlant de « miroir aux alouettes« .

Conclusion :

Oui, réformer le système de retraite, en voulant garder le principe du système par répartition, est un travail complexe et c’est bien pour cela qu’il fallait prendre tout son temps et non pas précipiter le vote des parlementaires, alors que dès le mois de mai les Français, en manifestant contre cette réforme, montraient qu’ils n’avaient pas compris, selon Éric Woerth et ses amis, le bien-fondé de cette réforme.

En 6 mois, je n’ai entendu aucune explication claire, simple, compréhensible, par tous sur les différents points (financiers, sociaux, etc.) de ce projet de loi. Je n’ai lu aucun constat, état des lieux, étayés sur des arguments et des observations irréfutables, justifiant qu’un tel projet soit présenté et que de tels choix de financement soient actés. C’est pourtant le minimum qu’un décideur demande qu’on lui présente lorsqu’il a une décision importante à prendre.Visiblement Eric Woerth et le gouvernement ne considèrent pas les français comme des décideurs!

Quand on dispose d’une porte ouverte dans tous les médias, à des heures de grande écoute, et qu’on se contente de répéter à longueur d’intervention ce que nous rabâche la majorité présidentielle, on est tout juste dans de la propagande ou sur une position défensive. Mais on n’est certainement pas dans de la pédagogie!

Plutôt que de s’entêter comme il le fait actuellement, de se bloquer dans un comportement psychorigide, de s’attaquer aux opposants politiques ou syndicaux à cette réforme, d’envoyer « la troupe » sur les manifestants, il serait grandement temps pour Éric Woerth et le gouvernement de suspendre son projet est de faire de la vraie pédagogie.

Seulement cela va l’obliger à éclairer les citoyens sur des zones d’ombre de ce projet.

Publicités

Tagué :, , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement L’échec pédagogique d’Éric Woerth à Chez Louise.

Méta

%d blogueurs aiment cette page :