Piqure de rappel : Résistance !

7 août 2008 § 2 Commentaires

Je sais, c’est l’été, nous avons tous tendance à nous ramollir un peu sous l’effet de la chaleur et de la fatigue accumulée dans l’année écoulée.
Mais l’été c’est aussi le temps des vacances, le temps du non travail économique, rentable, monnayé. C’est le temps ou l’on peut se consacrer à autre chose qu’à gagner sa vie…enfin pour tous ceux qui ont encore un emploie.
L’été, c’est le temps des loisirs, de la lecture et c’est, je le souhaite, pour beaucoup, le moment ou on peut prendre le temps de réfléchir.
La rentrée, le retour de vacance, va être pour nombre d’entre nous, l’occasion de se prendre un énorme "coup de bambou" sur le coin de la tête et du porte monnaie. A part pour les plus masochistes, je ne pense pas que ce "coup de bambou" soit un plaisir.
F.Fillon l’a dit le lendemain du vote pour la réforme constitutionnelle : Les réformes vont pouvoir s’accélérer.
Ainsi donc, certaines réformes, largement entamées pendant le premier semestre 2008, vont être menées à bien, à marche forcée, bon gré malgré.
Il en sera ainsi :
  • De la réforme du Travail : les contrats et le temps de travail, le chômage.
  • De la réforme de la Santé : carte hospitalière et financement des soins.
  • De la réforme de l’Education : Programmes scolaires, diplômes et médias.
  • De la réforme des droits de l’Homme et du Citoyen : fichages informatiques des libertés individuelles de pensées et d’agir, fichage politique et syndicales au prétexte de « sécuritarisme » présent et à venir.
Toutes ces réformes se justifient officiellement par l’objectif de relancer l’économie de notre pays. Pour notre bien en quelque sorte 😉
Les méthodes utilisées ressortent d’une idéologie dite « néolibérale », qui n’est, en fait, qu’une mise en coupe sombre des acquis sociaux des cents dernières années.
  • Devons nous accepter, au nom d’un pseudo équilibre des comptes de la Nation, que les droits fondamentaux des individus qui la composent soient supprimés ?
  • Devons nous accepter, alors que nous savons les comptes de la Nation sont rendus tellement opaque qu’il est impossible de les contrôler (alors que nous savons que les préconisations de l’organisme chargé de ce contrôle ne sont jamais suivies d’effets), que le Programme du Conseil national de la Résistance du 15 mars 1944 soit totalement détruit ?
  • Devons nous céder à cette logique comptable qui nous envahit et nous laisse démunis et sans recours ?
Nous sommes, depuis un an, en phase active d’acculturation.
Une culture, une idéologie étrangère à notre culture, à nos idéaux s’installe petit à petit dans les esprits de nos gouvernants et du peuple français, l’envahit. Cette phase active est le fruit d’un lent processus de préparation des mentalités qui a commencé il y a environ 20 an, au sein de nos entreprises.
Certes notre pays n’est pas, comme lors de la dernière guerre mondiale, occupé physiquement par un envahisseur.
L’invasion n’est pas physique, elle est idéologique. Et de toutes les invasions, c’est la plus dangereuse car elle est pernicieuse, sournoise et se propage lentement mais surement.
Comme dans toute invasion, un petit nombre tirera « les marrons du feu », mais personne ne sera à l’abri des conséquences. Tel qui se pense protégé aujourd’hui, pourrait être en grand regret dans deux ou trois ans de n’avoir rien fait pour s’opposer.
  • Pouvons-nous rester sans lutter contre cette idéologie dangereuse qui rabaisse l’humain à un simple élément de productivité, à un élément couteux pour la Nation ?
  • Pouvons-nous accepter, alors que nous pouvons constater les effets désastreux (tant moralement qu’économiquement) que cette idéologie a produit dans d’autres pays depuis 20 ans, de tomber sous son joug ?
  • Pouvons-nous accepter, sans en débattre et nous battre, que l’héritage social que nous ont laissé les générations précédentes soit détruit au prétexte qu’il est couteux ?
  • Pouvons-nous accepter de ne laisser à nos descendants qu’un pays déshumanisé, robotisé dans lequel ils ne seront que les serfs du marché mondial ?
Ce deuxième semestre 2008 est celui de grands choix pour chacun d’entre nous, comme le fut le début de l’année 1944 pour nos parents et grands-parents. Après, il sera trop tard. Les lois votées, décrétée seront mises en applications. Les médias en assureront la propagande afin de parfaire l’acculturation générale. La nouvelle culture se sera imposée.
  • Lutte ou résignations, Action ou inaction tel sont les choix qui s’offrent à nous.
  • Subir et accepter, ou résister à une politique, une idéologie, une logique, dangereuse pour la vie, la santé, l’éducation du plus grand nombre d’entre nous.
 
Pour finir, je rappelle le texte de l’appel à la commémoration du 60e anniversaire du Programme du Conseil national de la Résistance du 15 mars 1944
« Au moment où nous voyons remis en cause le socle des conquêtes sociales de la Libération, nous, vétérans des mouvements de Résistance et des forces combattantes de la France Libre (1940-1945), appelons les jeunes générations à faire vivre et retransmettre l’héritage de la Résistance et ses idéaux toujours actuels de démocratie économique, sociale et culturelle.
Soixante ans plus tard, le nazisme est vaincu, grâce au sacrifice de nos frères et sœurs de la Résistance et des nations unies contre la barbarie fasciste. Mais cette menace n’a pas totalement disparu et notre colère contre l’injustice est toujours intacte.
Nous appelons, en conscience, à célébrer l’actualité de la Résistance, non pas au profit de causes partisanes ou instrumentalisées par un quelconque enjeu de pouvoir, mais pour proposer aux générations qui nous succèderont d’accomplir trois gestes humanistes et profondément politiques au sens vrai du terme, pour que la flamme de la Résistance ne s’éteigne jamais :
• Nous appelons d’abord les éducateurs, les mouvements sociaux, les collectivités publiques, les créateurs, les citoyens, les exploités, les humiliés, à célébrer ensemble l’anniversaire du programme du Conseil national de la Résistance (C.N.R.) adopté dans la clandestinité le 15 mars 1944 :
Sécurité sociale et retraites généralisées, contrôle des « féodalités économiques », droit à la culture et à l’éducation pour tous, presse délivrée de l’argent et de la corruption, lois sociales ouvrières et agricoles, etc. Comment peut-il manquer aujourd’hui de l’argent pour maintenir et prolonger ces conquêtes sociales, alors que la production de richesses a considérablement augmenté depuis la Libération, période où l’Europe était ruinée ?
Les responsables politiques, économiques, intellectuels et l’ensemble de la société ne doivent pas démissionner, ni se laisser impressionner par l’actuelle dictature internationale des marchés financiers qui menace la paix et la démocratie.
• Nous appelons ensuite les mouvements, partis, associations, institutions et syndicats héritiers de la Résistance à dépasser les enjeux sectoriels, et à se consacrer en priorité aux causes politiques des injustices et des conflits sociaux, et non plus seulement à leurs conséquences, définir ensemble un nouveau « Programme de Résistance » pour notre siècle, sachant que le fascisme se nourrit toujours du racisme, de l’intolérance et de la guerre, qui eux-mêmes se nourrissent des injustices sociales.
• Nous appelons enfin les enfants, les jeunes, les parents, les anciens et les grands-parents, les éducateurs, les autorités publiques à une véritable insurrection pacifique contre les moyens de communication de masse qui ne proposent comme horizon pour notre jeunesse que la consommation marchande, le mépris des plus faibles et de la culture, l’amnésie généralisée et la compétition à outrance de tous contre tous. Nous n’acceptons pas que les principaux médias soient désormais contrôlés par des intérêts privés, contrairement au programme du Conseil national de la Résistance et aux ordonnances sur la presse de 1944.
Plus que jamais, à ceux et celles qui feront le siècle qui commence, nous voulons dire avec notre affection :
« Créer, c’est résister. Résister, c’est créer. »
Signataires :
Lucie Aubrac, Raymond Aubrac, Henri Bartoli, Daniel Cordier, Philippe Dechartre, Georges Guingouin, Stéphane Hessel, Maurice Kriegel-Valrimont, Lise London, Georges Séguy, Germaine Tillion, Jean-Pierre Vernant, Maurice Voutey. »- 24/10/2007
Publicités

§ 2 réponses à Piqure de rappel : Résistance !

  • Alain dit :

    Bonsoir.   Texte clair – je l\’ai lu.
    – ça me rappelle un texte de  Thucydide sur "e-soutiens".
     
    ""
    http://e-soutiens.bayrou.fr/de_la_difficulte_declore
     
    De la difficulté d\’éclore
    Envoyé par Thucydide le Mar, 25/03/2008 – 11:38Dans les groupes : Bloggers, Provence Alpes Côte d\’Azur, Europe, Devenez rédacteur du site bayrou.fr !, Mouvement Démocrate, Alpes-Maritimes
    Depuis des semaines, sur ce site s\’affrontent avec courage les thèses sur la structuration du Mouvement: Règlement Intérieur, Instances, etc….
    Je constate avec un peu de regrets que nous suivons les "lignes" classiques des Partis Politiques traditionnels, ce qui présage hélas un frein à "faire LE politique autrement". R.I.N., encadrement, "élections" tout cela est l\’attirail des appareils de Partis AUTORITAIRES: chez l\’un (PS) on parle de "vote des militants" (avec inscription éclair par internet), chez l\’autre (UMP) on "nomme" depuis Paris. "Ligne politique" à suivre sous peine d\’exclusion, "têtes" imposées, bref tout ce qu\’en principe nous rejetons. Et nous copions tout ça?
    Le Mouvement Démocrate n\’est pas une Armée de "godillots", c\’est même en principe tout le contraire. Face à l\’Armée des Princes, ce sont les soldats de l\’An II, peu versés dans l\’art des armes. Avons nous, par notre adhésion aux thèses de François Bayrou reconnu "la Patrie en danger" ou non?
    Faute de cadres (émigrés pour la plupart, tiens!tiens!) les Armées de la Révolution élisaient leurs officiers à l\’intérieur des bataillons: ils élisaient des gens qu\’ils connaissaient, qu\’ils avaient pu apprécier par eux-mêmes. Certains (Junot, Bernadotte) ont fini Maréchaux.
    Alors, foin "d\’élections" à la mode de l\’Ancien Régime! Elisons "nos" officiers" à l\’intérieur de "nos Bataillons".
    Simple, clair et précis comme un coup de pied au cul:
    – le MoDem est une constellation de petits groupes éparpillés sur tout le territoire. PAS une organisation monolithique…. ""
    —si on remplace "le MoDem (Mouvt Démocrate) par  = "Les Courageux de novembre 2008"
    et "F Bayrou" par "le CNR" , les bonnes idées de Thucydide peuvent s\’appliquer.
    Avantage : comme le CNR n\’est pas un "parti", il n\’est pas question de "mandats électifs dans le cadre de l\’espèce de Monarchie élective qu\’est le Vème république; par ailleurs, le CNR est très récent..
    – As tu vu sur AgoraVox, il ya eu un fil initié par le Dr Liliane BOURDIN  " Le Pschisme et la Crise "
    http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=42948.  Des comments très intéressants.
    – Je trouve qu\’il faudrait arriver à faire cette manif ( comme ceux qui en ont faite 1 en février).
    Bon dimanche
     

  • louise dit :

    Bonsoir Alain,
    Je me souviens bien de ce billet de Thucydide sur "e-soutiens".
    Je viens de lire l\’article de Liliane Bourdin  que tu me signale sur Agoravox.
    C\’est rassurant de constater que nous sommes plus nombreux qu\’il n\’y parait à chercher comment sortir de la situation actuelle.
    Donc premier stade, informel, action collective comme celle qui est proposée pour le 10 novembre.
    A relayer sans modération …moi, j\’imprime le tract et je distribue , j\’affiche partout ou ça peut faire tilt!
    Bon Dimanche à toi aussi!
    Brigitte

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement Piqure de rappel : Résistance ! à Chez Louise.

Méta

%d blogueurs aiment cette page :